Accueilconseils generalistes dessinFermer les yeux pour mieux voir: Les valeurs du dessin exposées au grand jour

Fermer les yeux pour mieux voir: Les valeurs du dessin exposées au grand jour

 

Comme je vous l’ai déjà répété (oui je me fais vieux, je radote de plus en plus ;) ), apprendre à dessiner, c’est avant tout apprendre à observer. Les valeurs ont une grande importance quand on dessine de façon réaliste. Qu’est-ce qu’une valeur me demanderez-vous? Les valeurs sont les différentes nuances de gris que l’on obtient en faisant varier à la fois la densité des lignes dessinées, mais aussi la pression utilisée quand vous tenez votre crayon. Les valeurs peuvent transformer un dessin plat en un dessin d’objet en trois dimensions, en accentuant les reliefs et les formes.

Dans cet article je vais vous apprendre:

  • à voir et simplifier les valeurs avec une technique simple et rapide
  • à les appliquer sur le papier et rendre les volumes avec un crayon

Vous aurez au minimum besoin d’un crayon HB et d’une feuille blanche.

Dans le meilleur des cas munissez-vous de crayons HB, 2B, 4B, 6B et d’une feuille blanche.

 

Plisser les yeux pour mieux voir

Un moyen très simple pour voir les valeurs d’un dessin est de légèrement plisser les yeux. Cette technique permet d’aplatir visuellement les valeurs, ce qui permet de les grouper plus facilement et d’établir une hiérarchie. Se servir de cinq groupes de valeurs est un bon début pour commencer à rendre un dessin réaliste. Une fois ces cinq valeurs posées, il ne reste plus qu’à travailler les transitions entre ces différentes valeurs. Plus vous vous entraînerez, et plus vous serez capable de synthétiser ce que vous voyez en quelques valeurs.

Comme sur les exemples suivants:

dessiner les volumes

dessiner avec des valeurs, rendre les volumes

dessin valeur paysage

valeur dessin portrait

Veuillez noter que ces résultats vous sont présentés à titre indicatif: ils ont été obtenus de façon numérique. Votre cerveau est capable de faire un bien meilleur travail en terme de hiérarchisation de valeur.

 

Comment dessiner les ombrages ?

Il existe bien des manières de rendre les ombres. En voici trois :

  1. La première consiste à décrire les ombrages selon la densité des traits, qu’ils soient droits, courbes, longs ou courts.dessiner les volumes avec des traits
  2. La seconde consiste à décrire les ombrages selon l’intensité du média. Si vous utilisez un crayon HB couplé à un crayon 2B, 4B et 6B, vous obtiendrez d’autant plus de dégradé, et donc de valeurs différentes. Voici un dessin d’Andrew Loomis qui illustre bien cette diversité de mines: rendre les volumes avec différentes mines
  3. La troisième consiste à décrire les ombrages grâce à un rendu continu. C’est la méthode classique qu’utilise la plupart des dessinateurs réalistes. Avec cette méthode, il est difficile de distinguer les traits et les coups de crayon qui ont été utilisés pour le rendu des ombres. En voici un exemple dessiné par Nathan Fowkes (dessin au fusain): comment dessiner un portrait

 

 

Est-ce que les termes «ombrage» et «valeur» signifient la même chose?

Pas tout à fait. Il faut comprendre qu’une valeur est un terme plus général pour décrire un niveau de gris, tandis que l’ombrage est une conséquence d’une source de lumière. L’ombrage est un simple élément qui rentre en jeu dans l’évaluation d’une valeur.

Prenons une sphère simple mais de couleur de base différente (du blanc au noir). Pour la même source de lumière, plus la sphère est foncée, et plus l’ombre sera foncée:sphere 3D

L’ombrage prend donc une valeur différente selon la couleur de l’objet sur laquelle elle s’applique. Une valeur peut être la couleur initiale d’un objet additionnée à l’ombrage que provoque une source de lumière.

Voici une équation qui résume bien l’idée:

Couleur de l’objet + Ombrage = Valeur de l’objet ombragé

et de la même façon:

Couleur de l’objet + lumière = Valeur de l’objet illuminé

Voici une illusion d’optique assez classique qui montre comment le cerveau peut jouer des tours. Observez bien le schéma suivant et demandez-vous quelle est la valeur la plus foncée et celle la plus claire entre A et B:peindre les valeurs

Contrairement à ce que notre cerveau semble percevoir, les deux valeurs A et B sont identiques. Vérifiez en formant un orifice avec votre main et en visionnant chaque valeur l’une après l’autre. Incroyable pas vrai?! ;)

 

 Comment mesurer une valeur?

Le plus simple est de prendre une échelle arbitraire de 0 à 10, 0 étant le plus clair (blanc) et 10 le plus sombre (noir). Les gris sont donc numérotés de 1 à 9. Une fois ces valeurs identifiées dans une scène, les transitions coulent de source. Voici une gamme de valeurs réalisée au crayon HB :

dessiner les valeurs de gris au crayon

 Il est conseillé de repérer les extrémités d’abord (0 et 10), la valeur du milieu ensuite (5 aussi appelé « gris moyen »), puis les 1-3-7-9, et enfin les 2-4-6-8. De cette façon vous ne travaillerez pas au hasard, car vous risquez d’avoir des surprises si vous ne vous y prenez pas de la sorte, croyez-moi. ;)

Voici un dessin d’A.Loomis dans lequel j’ai évalué quelques valeurs:comment dessiner un personnage de Loomis

Vous pouvez dès lors remarquer que la valeur 0 correspond au blanc du papier, et que la valeur 10 correspond au gris le plus fort obtenu par le crayon le plus gras.

Si vous utilisez un crayon HB, la valeur 10 sera le gris le plus foncé que vous obtenez en appuyant le plus fort possible avec la mine.

 

 

Cas pratique

Voici une photo que j’ai prise aujourd’hui.

Sur un format A5, faites-en un rendu succinct. Seules les valeurs m’intéressent. Les détails ne sont pas importants dans cet exercice. Partez sur une hiérarchie de 5 valeurs (0-2-5-8-10). Prenez votre temps avant de commencer. Réfléchissez bien et faites un essai de rendu avec votre (vos) crayon(s) de 0 à 10 pour vous échauffer avant de commencer.

Encore une fois, l’important n’est pas de passer une heure sur une transition de gris, mais de poser la bonne valeur au bon endroit. Chaque valeur dépend d’une autre, c’est pour cette raison qu’il faut bien les démarquer dans un premier temps avant d’assurer la transition entre chaque valeur.

Dans l’ordre:

  1. Plissez les yeux
  2. Repérez 0 (si cette valeur existe) ou sinon la valeur se rapprochant le plus de 0
  3. Repérez 10 (si cette valeur existe) ou sinon la valeur se rapprochant le plus de 10
  4. Repérez 5 (si cette valeur existe) ou sinon la valeur se rapprochant le plus de 5
  5. Repérez 2 ou 3
  6. Repérez 7 ou 8
  7. (facultatif) Repérez les valeurs annexes si vous les voyez
  8. Ne regardez pas les « réponses » (qui suivent), si vous n’avez pas fait l’exercice (ne trichez pas, ce serait dommage ^^)
Il faut bien comprendre que chaque artiste perçoit les valeurs différemment.
L’essentiel est de faciliter la lecture au spectateur.

Résultat de l’exercice

  • 1ère interprétation:
  • 2nde interprétation (la plus rusée car elle utilise le blanc du papier et l’image est plus lisible):
Pour finir, veuillez noter que les grands maîtres préféraient travailler d’après observation plutôt que d’après photo, pour la simple et bonne raison qu’un appareil numérique (ni même argentique) ne perçoit pas autant de valeurs ni de couleurs que l’oeil humain.

J’espère que vous avez bien compris cette notion de valeur, car elle est déterminante dans toute création graphique. Si une valeur est erronée, un dessin peut passer du statut «réaliste» à «raté» ;) .

A vos crayons!


 

Dans la même rubrique

12 commentaires pour “Fermer les yeux pour mieux voir: Les valeurs du dessin exposées au grand jour”

  1. Onilink dit :

    C’est super intéressant. Je rajouterai néanmoins une chose: une fois que l’on a posé les valeurs, on peut atténuer les contrastes avec une estompe, ou encore mieux (technique que j’ai apprise il y a quelque temps) en utilisant un pinceau en forme de brosse avec lequel on tapote sur le dessin. Voici le résultat que j’ai obtenu avec cette technique sur un de mes dessin à cette adresse:

    http://img11.hostingpics.net/pics/142487slave.jpg

    Il est loin d’être fini car il manque certaines valeurs mais qu’en penses-tu ?

    • Pit dit :

      Le gros problème des estompes est qu’on ne choisit pas réellement sa valeur. C’est parfait pour travailler les transitions entre deux valeurs mais ça s’arrête là. En général je trouve le rendu mou s’il est utilisé sur les points d’attraction du sujet principal. Je place la technique du pinceau sur graphite dans le même registre que les estompes d’ailleurs.
      En parlant de technique pure voici un cas particulier d’estompe: la technique du pinceau avec de la peinture à l’huile noire (ajoutée à quelques gouttes d’huile pour machine à coudre) est excellente pour le rendu des valeurs. La raison principale est qu’on part d’un noir pur et pas d’un gris: Toutes les valeurs de gris découlent du noir.
      Une autre technique est de travailler avec un mélange de talc et de poudre de graphite plus ou moins tendre (dans plusieurs récipients), appliqué sur un coton dur qui sert d’applicateur.
      En règle générale, si estompe il y a, il est nécessaire de retravailler certains contraste avec du médium pur, car on perd en netteté rapidement.

      Sinon ton modelé est pas mal du tout. Manque peut-être un peu de contraste ou est-ce la photo?

      • Onilink dit :

        Je ne savais pas qu’il existait de telles techniques !

        Pour la photo, je n’arrive pas à la retrouver sur internet mais il y a peut être effectivement un manque de contraste.

  2. [...] les couleurs d’un objet (et particulièrement sa valeur). [...]

  3. fabien.sf dit :

    Article intéressant , mais j’ai difficile d’utiliser la technique des yeux plissés.

    fabien

  4. bitou dit :

    Bonjour et merci pour ce site!

    Ma prof de dessin conseille de poser une feuille de calque au dessus du dessin qu’on souhaite reproduire. L’effet est le même qu’en plissant les yeux et permet de mieux voir les différentes valeurs.

    • Pit dit :

      Oui ça fonctionne aussi!
      d’ailleurs, je voulais inventer des lunettes pour les dessinateurs afin de regarder tout ce qu’on veut à travers sans forcer des yeux, pas que des dessins, car le calque est assez restrictif. :)

  5. jasmine dit :

    Merci pour l’astuce, c’est très instructif ! ça m’as beaucoup aidée :D

  6. Hadrien dit :

    Bonjour et merci pour ce sujet. C’est très intéressant !

    J’ai commencé à dessiner il y a quelques mois et je progresse lentement sur cette hiérarchie des valeurs dans mes dessins.

    Je souhaiterai créer numériquement des images avec cartographie des valeurs pour m’entrainer à les reconnaître plus rapidement. Un peu comme les images de ce sujet ou celui de ton dernier article « Dessiner un visage réaliste sans « copier », en construisant le portrait étape par étape. » (étape 5).
    Les exemples du site m’aident déjà pas mal mais puis-je connaître la manipulation pour obtenir rapidement ce résultat et m’entrainer jusqu’à épuisement ? (je suis amateur dans les logiciels de retouches photos).

    Merci pour ton aide !

    • Pit dit :

      Bonjour Hadrien,

      Il n’y a malheureusement pas de « manipulation pour obtenir rapidement » la cartographie des valeurs.
      J’ai passé l’image en noir et blanc sous photoshop, puis j’ai utilisé le filtre « découpage » (qu’il faudra régler en fonction de la résolution de l’image), puis j’ai repeint à la main pour obtenir des limites un peu moins agressive afin que ce soit présentable et clair.

  7. Somsack dit :

    Merci ! tes cours sont supers !

  8. Lilli dit :

    J’ai vraiment adoré ce cours. Certaines choses sont beaucoup plus claires pour moi maintenant. :)

    Il reste qu’il n’est pas simple de différencier les nuances de gris, et pour preuve du premier exemple où le cerveau perçoit de façon très trompeuse deux gris qui lui semblent différents et pourtant sont identiques.

    Merci beaucoup pour ce cours en tout cas. Je vais pouvoir appliquer un peu mieux cette technique pour corriger au mieux mes futures dessins. :)

    S.L

Laisser un commentaire