Accueilconseils generalistes dessinComment trouver l’inspiration? les secrets de la créativité artistique

Comment trouver l’inspiration? les secrets de la créativité artistique

Dans cet article, j’aimerais aborder la question de l’inspiration, car un grand nombre de lecteurs, en dehors des interrogations purement techniques sur le dessin et la peinture, me demandent s’il existe des techniques pour trouver l’inspiration.

A vrai dire la question est assez vaste ! chaque artiste  trouvera son inspiration et ses idées de façon différente des autres et dans des conditions différentes que les autres.

Ceci dit, je vais essayer de faire au mieux en apportant mon avis sur la question, et en essayant de rester le plus objectif possible.
Tout d’abord, je me dois de définir les termes pour y voir un peu plus clair.

 

Définition de l’inspiration artistique

Alors qu’est-ce que nous dit notre bon vieux Wikipédia….hum, ah oui…

« Une inspiration est une idée qui vient du plus profond de nous. Mais parfois, quelqu’un ou quelque chose peut inspirer une nouvelle idée. Enfin, on peut dire que l’on s’inspire de quelque chose d’existant pour ne pas dire que l’on a simplement copié une partie ou l’intégralité de l’œuvre. Toutefois, lorsque cette copie est personnalisée, il est difficile de savoir quand cela donne une nouvelle œuvre. »

Cette définition me donne l’impression que l’inspiration artistique est juste le fruit d’une espèce de miracle intérieur, d’expression divine. Si c’était le cas, je pense que l’on pourrait tous directement aller prendre un Xanax et se mettre au lit en priant bien fort pour que l’inspiration nous vienne* (*sarcasme ^^).

Désolé Mr Wiki, mais sur ce coup-là, mon esprit cartésien a encore son petit mot à dire ! je ne vais pas laisser croire à mes lecteurs que l’on n’a aucun moyen pour agir sur notre inspiration. Au contraire, je crois qu’on a tout à y faire.

Je veux bien admettre qu’une idée peut apparaître un peu n’importe quand, et spécialement pendant des périodes de relâchement ou de changements d’état du cerveau, ça d’accord. Mais croire que l’inspiration est un phénomène quasi extra-terrestre et que l’on n’ a aucun moyen de l’influencer,  là, Pit pas d’accord du tout ! :< Autant demander à Mulder et Scully d’investiguer tout de suite (ah mince, non, ils sont à la retraite ces deux-là…).

Faites une expérience : demandez à un enfant de trois ans de vous inventer une histoire inspirée de son propre vécu, il y a fort à parier que vous n’allez pas en tirer grand-chose. Quelqu’un qui n’a eu que très peu d’expérience dans sa vie, a très peu de chances d’être soudainement atteint d’une inspiration sans limite. J’espère vous avoir mis la puce à l’oreille: je suis persuadé que l’inspiration est en très grande partie liée à l’utilisation de notre cerveau sur le long terme, mais je vais y revenir dans un moment.

 

inspiration divine

 

Les différents types d’inspiration artistique

Pour ma part, j’aurais tendance à différencier trois types d’inspiration.

–       L’inspiration ponctuelle: c’est une idée qui vient d’un seul coup sans raison apparente. Elle peut d’ailleurs parfois s’évaporer aussi vite qu’elle est venue. Dans un premier temps, on est souvent très fier de son idée, puis avec un peu de recul on la laisse de côté car on la trouve grossière et inutilisable.

–       L’inspiration partagée: c’est en partageant avec mes amis ou ma famille, dans les moments les plus calmes généralement, que les meilleures idées me viennent. L’avantage de partager avec des personnes intéressantes, c’est qu’une succession d’idées peuvent apparaître rapidement,  grâce au travail collectif.

–       L’inspiration en cascade: Je ne sais pas si vous avez déjà ressenti ça (ça m’arrive une à deux fois par an), mais lorsque je suis extrêmement concentré sur un projet et que rien ne parasite ma concentration sur une demie-journée ou une journée entière, les idées coulent à flots et il me faut vite les noter. C’est rare mais quand ça arrive, mieux vaut avoir un ordinateur ou un carnet pour tout écrire. Ces états surviennent généralement quand mon cerveau est en pleine forme, lorsque j’ai bien dormi, bien mangé, et que rien ni personne ne me dérange.

Maintenant il me paraît nécessaire de préciser les conditions particulières dans lesquelles l’inspiration survient et les facteurs qui favorisent la génération d’idées.

 

stimulation creativité

 

Les facteurs qui favorisent la créativité

L’inspiration artistique est influencée par différents paramètres propres à chaque individu. J’ai essayé d’en tirer une liste plus ou moins exhaustive, et vous remarquerez que ces paramètres dépendent directement de nos acuités et de nos états cérébraux :

–       La motivation: la dure vérité c’est que si dans la vie nous ne sommes pas motivés pour trouver des idées, il y a peu de chances que ça nous arrive comme par enchantement.

–       Confiance en soi: si l’on n’a pas confiance en soi, si on a peur que les autres nous jugent, toutes ces pensées négatives risquent de parasiter irrémédiablement notre inspiration.

–       L’Expérience: si nous n’avons rien vécu dans notre vie ou si nous nous laissons aller à des automatismes et des routines jusqu’à notre dernier souffle, il y a fort à parier que nous ne trouverons pas notre vie passionnante et que l’inspiration ne viendra jamais.

–       La Sensibilité: voici un paramètre qui est très peu influençable, mais qui dépend tout de même fortement de nos expériences. Personnellement je pense que la sensibilité se développe très jeune, et qu’avec l’âge on se ferme à certaines possibilités de perception du monde. En clair, plus on vieillit, plus on évolue en société, et plus il est difficile de conserver nos yeux d’enfants. Et si nous n’étions pas très sensibles étant enfants, il y a de grandes chances que nous le soyons encore moins étant adultes. Malheureusement je n’ai aucun remède miracle de ce côté-ci. Chaque individu ne perçoit pas les choses de la même manière, il faut accepter qu’on ne puisse changer cette tendance de manière radicale.

–       La Mémoire / concentration: focaliser son attention sur les choses importantes, retenir l’essentiel, et filtrer le reste, doit être un effort quotidien. Il y a quelques années, j’ai lu un très bon livre écrit par le Docteur Vittoz, » la méthode Vittoz ». Grâce à cette méthode j’ai non seulement amélioré ma mémoire sélective mais j’ai aussi appris à mieux canaliser mes anxiétés et mes crises de colère. Couplé à une séance de sophrologie par semaine (1h30), j’ai réussi à devenir une personne plus rigoureuse, plus attentive, et plus concentrée en l’espace de deux ou trois ans. J’utilise encore aujourd’hui certaines techniques du Docteur Vittoz dans ma vie quotidienne. Si vous avez un tempérament impatient, dispersé, avec des difficultés de concentration et certains troubles de mémoire à court ou moyen terme, les techniques du docteur Vittoz sont simples à mettre en place. Je suis sûr que chacun a quelque chose à tirer de cette méthode. C’est une lecture très saine.

J’ai aussi remarqué que les personnes faisant du sport ont plus de mémoire. Il est possible que le sport joue un rôle sur l’oxygénation du cerveau et sur nos capacités cérébrales.

–       L’imagination: notre capacité à mélanger différents concepts à partir de notre mémoire est un gros avantage.

–       L’intuition/anticipation: au même titre que la sensibilité, l’intuition est en majeure partie innée. L’anticipation quant à elle peut évoluer grâce à un questionnement constant, par la curiosité et la logique.

–       Les objectifs:  il est toujours bon d’avoir des objectifs artistiques. Si vous ne savez pas trop vers quel style évoluer, notez sur papier toutes les qualités notables de vos 3 auteurs/peintres/dessinateurs favoris (ce que vous aimez dans leur style), et essayez d’évoluer en tendant vers leur style sans forcément copier leurs œuvres. Pour trouver votre style, l’important est de ne pas évoluer vers une seule direction, mais vers plusieurs, afin de trouver l’équilibre qui vous conviendra. Aussi, vos goûts et vos connaissances vont évoluer avec le temps, donc n’hésitez pas à refaire un point sur vos objectifs quand c’est nécessaire.

–       Le relâchement/ Etat de fatigue: essayer de sortir des idées alors que vous êtes épuisé physiquement ou moralement, c’est un peu comme pêcher des soles à l‘épuisette un jour de tempête.

–       L’échange: Le dessin est souvent une activité solitaire. Mes amis ou mes proches m’appellent bien souvent « l’ ours ». Je sors rarement de ma tanière, mais quand je le fais, j’ai appris à être extrêmement sociable et à engager des conversations enrichissantes avec n’importe qui. Il y a 10 ans j’en aurais été bien incapable. Comme quoi tout s’apprend avec un peu de patience et de volonté.

–       Environnement: j’ai remarqué que passer du temps dans un endroit simple dont on n’ a pas l’habitude, et le fait de n’avoir aucune occupation à disposition, comme un livre, la télé, internet etc…. peut parfois nous rendre plus créatif. Je me souviens de la dernière fois où j’ai passé mes vacances dans un camping sur la côte Espagnole, je n’avais rien à faire à part prendre le soleil et aller me baigner. J’avais mon carnet de croquis sous la main, et jour après jour, au fur et à mesure que je me détendais, des idées de dessin et de scénario de bandes dessinées ont commencé à apparaître. A la fin des vacances, je passais plus de temps à écrire des idées qu’à profiter de la plage, et j’avais même hâte de rentrer chez moi pour retrouver ma table à dessin.

–       Ouverture au monde: il va sans dire que plus on s’intéresse à tout ce qui nous entoure, plus on est « cultivé » dans notre domaine de compétence, et plus il y a de chances pour que notre créativité soit prolifique.

Il n’y a aucun hasard. Quelqu’un qui a préparé son esprit pendant longtemps à accueillir des idées aura bien plus de chances de trouver l’inspiration qu’un individu qui ne s’intéresse à rien, qui attend que des idées géniales tombent du ciel, et qui se contente d’observer ses congénères.

 

gustave klimt


Augmenter ses chances de trouver l’inspiration

Influencer sa propre créativité n’a rien d’extraordinaire ou de magique. C’est une tâche continue à laquelle il faut prêter la plus grande attention. Voyez l’inspiration comme une espèce très particulière d’intelligence, qu’il est nécessaire de développer tout au long de sa vie et de maintenir un maximum.

–       sortir de ses routines/automatismes de la vie quotidienne: il est très difficile de s’éloigner des sentiers de la vie courante. C’est comme arrêter la cigarette. La première étape est de se dire : « j’ai besoin d’arrêter ça ». Le reste vient naturellement.

–       apprendre de nouvelles choses chaque jour: personnellement j’en suis venu à un point où je ne parviens plus à me coucher la conscience tranquille lorsque je n’ai rien appris de la journée. Si c’est le cas, je vais faire un tour sur cette application « se coucher moins bête » que je lis en dernier recours avant de m’endormir. L’avantage de se cultiver avant de s’endormir est que le cerveau a bien plus de facilités à tout assimiler pendant le sommeil qu’en pleine journée. J’imagine que les connaissances « se tassent » pendant la nuit.

–       varier les activités: arrangez-vous pour faire quelque chose de nouveau au moins une fois par mois. Musées (souvent gratuits le dimanche), randonnées, activité associative… l’inspiration vient généralement lors d’un changement d’activité cérébrale.

–       sortir de sa zone de confort: apprendre à être créatif, c’est aussi apprendre à faire des choses qu’on n’ a pas l’habitude de faire. Par exemple, en parlant à des inconnus on peut entendre des histoires qui peuvent nous inspirer (véridique).

–       être curieux / s’intéresser à tout: C’est aussi en étant attentif aux petites choses qui paraissent négligeables et qu’on filtre trop souvent par automatisme qu’on peut trouver l’inspiration. Ceux qui ont vu et apprécié le film » Amélie Poulain » savent de quoi je veux parler. Pas besoin de partir à l’autre bout du monde pour être inspiré. ;)

–       changer d’air: si vous avez  l’occasion de voyager un peu, même pas très loin de chez vous et que vous vous sentez un peu las de votre vie quotidienne, foncez. L’inspiration vient au moment où l’on s’y attend le moins et dans des lieux incertains.

–       se donner du temps et de l’espace: sortir de chez soi sans but précis peut parfois débloquer la créativité. Une petite promenade à l’air frais ne peut pas faire de mal, et permet de casser le rythme quand on travaille trop.

–       regarder des albums photos: c’est parfois en se remémorant certains moments de sa vie que l’on peut en tirer les meilleures idées.

–       s’entourer d’outils créatifs: mon générateur d’idées eurekaaa peut être un bon point de départ en cas de blocage, une petite étincelle qui aide à allumer le feu de la création. Mais si vous n’avez pas mis toutes les chances de votre côté, cet outil ne sera qu’un gadget, rien de plus.

–       lire des histoires imaginaires: je n’ai pas souvent le temps de lire de bons romans, mais lorsque je le fais, je note certains passages marquants de certains livres fantastiques ou fantasy.

–       se reposer: le relâchement de l’esprit est souvent un très bon remède contre le manque d’idées.

–       développer une bibliothèque d’images: là, je parle spécialement à tous les dessinateurs et  apprentis-illustrateurs qui lisent mon blog. Lorsqu’une image vous plaît, sauvegardez-là sur votre ordinateur, sur une clé usb, sur disque dur externe, sur votre téléphone ou sur votre tablette. Cela fait plus de 10 ans maintenant que je construis mes dossiers d’images et j’ai des milliers d’aperçus que je peux visionner dès que l’envie m’en prend. Notez qu’il est toujours plus facile de s’appuyer sur quelque chose de déjà existant et de le transformer, que de vouloir démarrer de zéro.

Vous l’aurez certainement compris,  toutes les qualités que j’ai mis en évidence dans cet article relèvent directement du développement personnel. Le secret est de toujours vouloir s’améliorer et de s’intéresser un peu à tout. On peut vite y prendre goût. Attention, je ne dis pas qu’il va falloir changer radicalement de personnalité. Chaque personnalité est une richesse, et nous avons tous des empreintes psychologiques bien distinctes. Même l’adolescent qui joue à la console toute la journée aura toujours un potentiel à produire quelque-chose d’unique, même s’il empile des bouteilles de coca cola à longueur de journée sur son bureau sans jamais ranger sa chambre.

Si tout le monde était formaté à l’identique et pensait de la même façon, qu’est-ce qu’on s’ennuierait pas vrai ?! je crois sincèrement qu’il ne faut jamais sous-estimer les capacités de chacun, et surtout pas les siennes.

 

sortir du lot

 

Inspiration ou copie ?

Vient ensuite la question : « comment différencier l’inspiration du plagiat ? »
Et oui, quelles sont les limites à ne pas franchir pour ne pas produire une pâle copie, que ce soit en peinture ou en dessin ?
Pour ma part, je pense qu’on peut tout à fait s’inspirer d’un style graphique sans passer pour un copieur ou un « voleur ».

Cependant il est dangereux de faire une fixation sur le travail d’un seul artiste. Mieux vaut tirer son inspiration de plusieurs sources à la fois.
Aussi, je pense que la véritable originalité est dans l’idée, pas dans le coup de crayon, même si la qualité du style graphique reste importante.

Ce qui fait réellement l’authenticité d’une image, c’est ce qu’elle raconte avant tout. Donc on peut très bien faire de petits croquis afin d’étudier le style d’un ou plusieurs artistes, d’analyser et d’assimiler les particularités de chacun (ou en tous cas ce qu’on apprécie chez l’un ou chez l’autre), sans pour autant lui voler forcément son style et ses idées. Mais j’insiste encore sur le fait qu’il est préférable de travailler sur un mélange de styles provenant de cultures et d’origines différentes.

Si une idée est personnelle et authentique, elle en imprégnera forcément le résultat final de manière unique. Ce sera alors votre création et pas celle d’un autre !

 

style graphique

 

Le  style graphique

C’est en développant son esprit créatif au fil des années qu’on peut développer son style graphique.  L’aspect technique (outil, support, média, logistique…) reste assez négligeable par rapport à la force et à l’identité des idées.

La meilleure chose que peut faire un artiste, est de puiser dans son propre vécu, sa propre histoire et son propre ressenti pour, au final, produire une œuvre unique. Bien souvent, le style pictural ne tient pas à grand chose : la palette de couleur, la qualité du trait, le traitement du rendu, la particularité des formes, etc…

Je vais encore radoter mais lorsque vous vous intéressez à un artiste et que vous aimez particulièrement son style, ne soyez pas obsédé par l’aspect graphique, mais demandez-vous plutôt ce qui vous intéresse réellement dans ce style: le « pourquoi » de cette attraction.

Une fois que vous aurez identifié la raison pour laquelle vous êtes attiré par un style graphique plutôt qu’un autre, vous vous donnerez davantage de moyens pour aller au delà de la copie et faire quelque chose de plus personnel.

Pour résumer, trouver son style graphique, créer son langage pictural, est le produit puisé dans la source complexe des qualités intrinsèques et extrinsèques que possède tout un chacun:

  • l’imagination
  • la mémoire
  • la motivation
  • l’intuition
  • l’expérience/histoire personnelle
  • la sensibilité/intérêts/ouverture d’esprit
  • la connaissance/culture
  • l’environnement (sources d’inspiration, rapports humains, géographie…)
  • l’intelligence/capacités innées/objectivité/curiosité/éveil
  • l’état de relâchement/ sommeil/ repos/ épanouissement/ stress/ préoccupation/ nature soucieuse
  • action de drogue sur le cerveau: je n’ai pas trop expérimenté cette partie-là (que d’ailleurs je ne recommande pas) mais il paraît que ça fonctionne bien pour certains :/.

C’est en essayant de développer ou d’améliorer chacun de ces aspects (ceux sur lesquels on peut avoir une influence évidemment) que l’on pourra construire brique par brique les fondations de notre esprit créatif, et accéder à une inspiration et une créativité durables.

Vous l’avez compris, le message que je voulais vous transmettre dans cet article est principalement que l’inspiration n’est absolument pas liée au hasard, mais reste étroitement liée à la personnalité d’un individu et aux décisions qu’il prend dans sa vie pour toujours repousser les limites de son développement personnel.

Le mieux que vous puissiez faire est de ne jamais arrêter de vous poser des questions. Optez pour un développement personnel continu. Prenez goût à apprendre de nouvelles choses. Sortez de la routine et écrivez votre propre histoire, en sortant de chez vous, en vous efforçant de sortir de votre contexte quotidien régulièrement.

Même si vous avez un poste à responsabilités, des enfants à la maison…, il y a toujours des solutions pour découvrir de nouvelles activités, de nouvelles personnes, de nouveaux sites, de nouvelles œuvres, de nouveaux centres d’intérêts

Le plus drôle c’est que la plupart du temps on s’habitue à son environnement. Par exemple, on pense qu’en ayant habité pendant 10 ans dans la même ville, on connaît tout de cette dernière, alors que ce ne sont pas les constructions qui font une ville, mais les êtres humains qui y habitent et leurs histoires respectives. J’aime à penser que la véritable richesse est souvent là où l’on s’y attend le moins, et pas forcément à des kilomètres de chez soi.

 

Le mot de la fin

Une chose est sûre, j’ai remarqué que les personnes les plus paresseuses et les plus fatalistes que je connais sont toujours les moins inspirées.
Pour trouver l’inspiration, il est impératif d’avoir au minimum une bonne opinion de soi-même, croire un minimum en soi et surtout ne jamais se satisfaire des acquis.

Aussi je pense qu’il n’y a aucune honte à avoir dans le fait de se faire aider par quelqu’un si on en a besoin: coach de vie, comportementaliste, psychothérapeute, ami, membre de sa famille, connaissance… La honte serait de croire que tout est écrit et que l’on ne peut rien faire pour acquérir de l’expérience, pour développer ses connaissances, pour améliorer ses compétences et par conséquent ses talents créatifs.

Et toi qui me lis, quand est-ce que les meilleures idées te viennent ?
N’hésite pas à partager en commentaire  les techniques personnelles qui stimulent ta créativité.

_

Dans la même rubrique

103 commentaires pour “Comment trouver l’inspiration? les secrets de la créativité artistique”

  1. Kat dit :

    Les trajets en train/RER sont pas mal pour avoir des idées (diverses et variées). J’ai aussi remarqué que si la machine est lancée une fois, ça s’ enchaîne au point que j’ai parfois du mal à suivre, ce qui est en effet assez génial. :)
    Après, j’ai plus d’idées pour écrire que pour dessiner, et je n’ai pas non plus le niveau pour transposer les idées que j’ai en dessins… (Ça, pour le coup, c’est plutôt frustrant.)

    • Pit dit :

      Je conseille souvent d’écrire les idées sur papier avant de les dessiner.
      C’est d’ailleurs ce que je fais tout le temps.
      Dès que j’ai une idée, hop, j’écris sur mon smartphone. :)
      Pour transposer les idées en dessin, je fais des miniatures avant de passer à une version un peu plus grande.
      Je teste très souvent. Au final mes dessins sont très peu spontanés, mais je garde un très bon contrôle sur le dessin final.

  2. la mouette dit :

    merci pour cet article ! je rajouterai juste l’emdr comme outil aidant au developpement de la creativite. cette therapie permet de débloquer des petites choses enfouies dans l’inconscient. depuis que j’en fais l’inspiration, les idées, bouillonnent en moi. j’ose de nouvelles choses. Pratique un peu onéreuse, pas très courante en France pour ce qui est du developpement créatif, mais ça vaut le coup.

    • Pit dit :

      Intéressant.
      Je suis allé me renseigner sur cette technique.
      Sais-tu si c’est utilisable pour tout le monde ou simplement pour les personnes traumatisées par certains évènements antérieurs?

      • La mouette dit :

        En France elle est principalement utilisée pour traiter les traumatismes mais aux Etats-Unis les thérapeutes l’utilisent pour aider les artistes à augmenter leur potentiel créatif. L’emdr permet de travailler sur des blocages.IL faut trouver un angle d’attaque intelligent, réellement utile (genre un prof de dessin méchamment critique qui a inhibé l’esprit créatif de l’individu). Ce qui compte c’est de trouver un bon thérapeute

        • Pit dit :

          Merci pour les précisions. Encore une fois, ça m’a l’air intéressant.
          Je vais creuser un peu, c’est typiquement le genre de sujet qui me passionne.

  3. Annie dit :

    Coucou Pit,
    Superbe article très bien écris et si vrai. Le moment où je suis inspirée est le soir avant de m’endormir les idées viennent toute seules et je n’ai pas besoin de les noter car le lendemain matin je m’en rappelle, alors que dans la journée j’oublie tout lol.
    Je m’intéresse à toutes les techniques ce qui fait qu’à la fin à force de tout pratiquer je ne sais pas les relier ni mixer tout cela.
    La confiance en soi joue un très grand rôle c’est vrai ! Moi aussi je me fais une banque d’images et j’ai plaisir à les regarder et je me dis ouah j’ai du chemin à faire encore. Quand on est autodidacte le chemin est long mais passionnant !

    • Pit dit :

      Merci Annie.
      Apprendre en auto-didacte c’est une sacrée aventure, c’est sûr…
      Le côté que je préfère c’est que ça nous pousse à sortir de notre grotte chercher l’information, et dans la foulée rencontrer des personnes admirables: Autant d’amitiés potentielles pour partager sa passion.

  4. weiss dit :

    on pourrait dire que tout l’article envoie a une ouverture au monde, cela s’appelle aussi être humain a part entière, j’ai eu 60 ans et me suis remise au dessin dernièrement juste pour le plaisir, et je peux vous affirmer que votre article est une analyse particulièrement juste et fine de la chose, bonne année a vous Pit

  5. Nicky dit :

    Merci Pit pour ces textes
    En ce qui me concerne, j’ai souvent trop de sujets dans la tête que je n’arrive pas a me décider lequel prendre !
    Même que je n’arrive pas a m’endormir le soir au coucher…
    Cela me fait des insomnies pas très cool…

    • Pit dit :

      Ha ben on est deux alors…
      Quand j’ai trop d’idées je dors plus…ça vient souvent le soir avant de se coucher d’ailleurs c’est vrai.

  6. Yves Molina dit :

    Excellent article !
    C’est tout à fait vrai que la créativité est « multiple », le comment importe peu, le pourquoi est beaucoup plus intéressant. Libérer son esprit, être dans le « faire » sans penser au qu’en dira t’on, ne plus avoir peur de se planter, même si votre idée géniale et innovante a en fait deux siècles d’existence, dites vous que vous avez eu la même démarche mentale que de grands Artistes. La meilleur réalisation est toujours la suivante. Etre créatif est un état d’esprit qu’il faut cultiver quotidiennement.

  7. marc dit :

    Bonjour Pit et bonne année a toi
    Comme toujours tes articles sont très bien ficelé et très juste! Pour ma part c’est toujours quand je ne cherche pas que des idées me viennes et très souvent au coucher. Et quand je voudrais la c’est le trou noir!!! C’est comme en ce moment je ne peux plus dessiner car je viens de me faire opérer de l’épaule droite et après plusieurs essais de la gauche je vais attendre un peu pour m’y remettre, et la les idées me viennent par vague! Et une dernière chose, je suis entièrement d’accord avec weiss je te suis depuis un bon moment et au fil de tes articles on te decouvre un petit peu plus et sans vouloir te passer de la pommade je trouve tes analyses sont toujours très juste et claire et j’apprécie beaucoup merci a toi pour nous donner matière a réfléchir!!!

  8. je suis trop débutante pour penser à avoir de l’inspiration…. ;)

    • Pit dit :

      Annie, je ne crois pas qu’il y ait de lien de causalité.
      Au contraire, certains débutants ont parfois plus d’idées que des dessinateurs professionnels installés dans le métier depuis des années. :)

  9. Severac dit :

    J’ai bien lu et il m’apparaît deux choses en complément.
    Au niveau des definitions il en est un autre facteur que je prendrais en compte c’est ce que dit F. CHeng à propos des calligraphes et peintres chinois et que je peux résumer ainsi: A chaque fois qu’un peintre prend son pinceau il est convaincu que c’est le soufle qui agit en lui. Cela rejoint aussi le facteur de confiance en soi ou plutot en plus profond (ou au delà) que soi bref quelque chose qui nous dépasse.
    Au niveau des facteurs il en est un issu de l’expérience que que l’on peut résumer par les mots frustrations et désir, maintenant faut-il courir apres les frustration pour augmenter son désir?.

  10. Juliette dit :

    Comme toujours, cet article est très intéressant.

    En revanche, faisant partie de la catégorie des gens « paresseux et fatalistes », je ne peux pas m’empêcher de me faire la réflexion suivante :
    La combinaison « Je n’ai pas confiance en moi » + « Ma technique n’est pas bonne » n’est-elle pas un cercle fermé ? je sais bien que la solution est de pratiquer, mais j’ai l’impression que pour les personnalités un peu défaitistes, ça ne suffit tout simplement pas. Le cercle continue : je suis motivée, je me lance dans un dessin, le résultat laisse à désirer, et ça entretient mon manque de confiance et d’inspiration.

    Bon, voilà, j’ai réussi à m’auto-déprimer… rhooo… franchement, j’ai honte d’avoir écrit un truc pareil ! au moins, je sais que j’ai du talent pour le mélodrame :p

    Tout cela étant dit, je trouve ton blog génial, plein de fraîcheur et de bonne volonté, et s’il y a un endroit où je peux retrouver courage et inspiration de temps en temps, c’est bien ici ! et ce compliment est également applicable à Eurekaaa, dont je ne me suis pas encore réellement servie mais qui trône fièrement sur ma barre d’onglets favoris depuis le jour de sa sortie, dans l’espoir que je finisse par l’utiliser un jour. (Malheureusement, je suis un spécimen exemplaire de procrastinatrice. Bah…)

    • Pit dit :

      Ah mince Je ne voulais pas te décourager.
      Mais vu que tu as écris un des commentaires les plus longs, je peux constater que tu n’es pas la pire de toute au niveau fainéantise et procrastination, surtout que tu en aies consciente, et c’est déjà pas rien!
      Si je devais te donner un franc conseil (je me permets hein, pas taper Juliette :) ), c’est de te donner des objectifs clairs chaque semaine, les écrire à l’avance sur un stickers. Peut-être que tu seras un peu plus motivée si tu vois le même stickers d’une semaine à l’autre.

      Aussi le problème de la plupart des « procrastineurs modernes »: les séries télé, les jeux vidéos et internet. Il n’y a rien de mieux pour endormir et parasiter le cerveau.
      J’étais un gros joueur il y a quelques années et je regardai beaucoup de séries TV (sans parler de facebook), et je me plaignais que je n’avais pas de temps (la mauvaise foi)!
      En réalité ce sont trois bonnes grosses addictions potentielles…

      Ma vie a bien changé depuis!
      Facebook: 10 minutes par jour max
      Série TV: pas plus de deux épisodes par semaine
      Jeu vidéo: sauf rares exceptions, je n’y ai plus goût, à force de ne plus jouer.

      Et aussi, je ne supporte plus de regarder la vie des autres sans agir dans la mienne.
      Je suis passé d’un individu à moitié passif, à quelqu’un qui en veut.
      Il suffit de le décider, sincèrement, ça n’a rien de simple, mais ça n’a rien d’impossible.
      :)

      [ceci était un message d'espoir pour tous les procrastinateurs, je vous aime aussi!] :D

      Personnellement j’essaie de vivre chaque jour comme mon dernier. C’est en voyant mon corps ralentir et vieillir que je me dis qu’il n’y a pas une minute à perdre.

    • Kat dit :

      Peut-être le cercle n’est-il pas si fermé que ça? Je te rejoins sur le côté frustrant de ne pas atteindre le résultat qu’on voudrait (je l’ai évoqué plus haut), mais en même temps, ça n’empêche pas forcément de s’entraîner sur des choses plus simples. Avant les grandes idées, je fais les petits exercices, et quand j’y arrive, ça me donne un peu confiance à chaque fois. Et petit à petit (j’espère!) j’arriverai à des exercices plus difficiles, puis des « vrais » (à peu près beaux) dessins d’observation, puis ensuite peut-être aux grandes idées… Et finalement, les petits exercices, c’est amusant aussi! D’ailleurs, n’avoir pas très confiance en moi ne m’empêche bizarrement pas d’avoir des idées, parce que mon cerveau est tout plein d’images sans se soucier si je veux/peux les dessiner. Courage!

      • Pit dit :

        Merci Kat pour tes retours. je suis sûr que ton message motivationnel pourra servir à d’autre.
        Je vois que tu tiens le coup, et je suis fier de toi.
        Tous tes efforts sont en train de payer, il suffit de les maintenir maintenant, c’est la bonne direction en tout cas :)

  11. Jean-Noël dit :

    Excellent article Pit! J’ai lu un peu en travers tellement tu développes avec beaucoup de recherche et de qualité. Ce que tu affirmes est du vécu et se ressent dans toute ton activité. Je vais garder le lien de cette page comme une référence pour le Mastermind en général. En fait tout tourne autour de ce cerveau collectif qu’est la Terre entière. Nous pouvons y puiser par des échanges directs, par des banques de données (Internet) et aussi par notre cerveau en accès direct à l’Univers. Cet échange ultime survient lorsque nous avons réuni de nombreuses conditions physiques et mentales. Je m’apprête à diffuser un livre sur ce domaine absolument fabuleux écrit par un homme de 88 ans, autant dire dans le signe de l’infini!∞
    Je ne manquerai pas de te faire passer ce lien qui sera d’ailleurs sur mon Site blogliberte.com sous quelques jours.

  12. Sylvie dit :

    MERCI PIT.

    j’apprécie beaucoup ton article et le trouve très complet. Surtout je profite de l’occasion pour te souhaiter une bonne et heureuse année.

  13. Sylviane dit :

    Bravo pour cet article bien pensé et fourni. J’ai expérimenté plusieurs méthodes telles que Vittoz et d’autres, qui dévelpoppent la créativité et je m’en félicite toujours. Toutes m’ont appris à considérer la vie d’un point de vue positif, ce qui m’a considérablement aidée dans les moments durs. En tant que senior, je dispose de temos libre maintenant et suis toujours heureuse et curieuse d’aprrendre de nouvelles choses, comme depuis un an la peinture digitale.
    Bonne année 2014!

  14. Jean dit :

    L’inspiration – pour quoi faire? C’est quand même une question à se poser. Je crois qu’il faut lier cette recherche du « souffle » ou de la « révélation », de l' »idée géniale » ou simplement nouvelle à l’usage que nous allons en faire. C’est ça l’ambigüité de toutes les méthodes plus ou moins miracles pour devenir créatif, utiliser plus de 10% de notre cerveau (sic, c’est un non-sens neurologique), etc., en général, sans lier cette recherche à un domaine précis. S’agit-il de composer de la musique, de perfectionner des recettes de cuisine, d’apprendre une langue, de résoudre une difficulté relationnelle, de choisir un angle de vue pour dessiner un bâtiment, de construire un cours…? Chaque fois c’est un travail différent, et la fameuse inspiration vient compléter ce travail ou le relancer, dans des conditions particulières où il faut trouver en tâtonnant les moments opportuns, les lieux, les outils qui donnent envie de prendre les choses autrement.
    Ce qui marche le mieux en ce qui me concerne, et dans mon domaine professionnel, l’enseignement, indépendamment d’autres activités qui comptent aussi pour moi mais non rémunérées (le terme de loisirs à leur sujet me paraît un peu dépréciatif), ce sont trois choses: 1) visualiser les gens à qui je vais avoir affaire et scénariser ce que je vais faire et ce qui va se passer; 2) manipuler les idées et les projets dans tous les sens: les découper en parties et les remonter autrement, inverser le début et la fin, faire des croquis et des cartes mentales pour disposer les choses avec des itinéraires différents, pour voir ce qui fonctionne le mieux, etc.; 3) mettre à profit des étapes matinales successives et complémentaires: une idée dans la salle de bains, le développement mental en marchant vite une vingtaine de minutes jusqu’à la gare, l’écriture de l’essentiel dans un carnet pendant les dix minutes d’attente du train (j’aime bien avoir de la marge), puis les détails, la liste du matériel nécessaire, les objectifs précis, etc., sur le même carnet pendant la demi-heure de trajet. J’ai trois carnets en même temps (!): boulot, idées plutôt littéraires, croquis. Evidemment je ne me sers pas de tout, loin de là: ça peut être frustrant, et on retrouve la question: l’inspiration, pour quoi faire?

    • Pit dit :

      La vérité est qu’effectivement, il n’y a pas aucune méthode miracle pour être créatif.
      Merci pour ces remarques pertinentes Jean.

  15. Pauline dit :

    Bonne analyse ! Je trouve que c’est ton site est un des seules endroits qui me motive … Tu es tellement plein de bonne volonté o_O ! Je suis tout à fait d’accord avec ce qui tu dis . Moi j’ai un problème : je suis en classe d’art appliqué au lycée et je rentre tous les jours tard chez moi . Dans ce genre de classe avoir de l’inspiration est très important et j’ai de plus en plus de mal à la trouver … Je n’arrive plus trop à trouver du temps de repos de travail et même de dessin … J’ai tellement de boulot que je n’arrive plus à « respirer » et donc à trouver des idées (enfin si mais toujours la même chose donc pas intéressant )…et je suis une petite paresseuse »procrastineuse moderne ». J’essaie d’y remédier : c’est ma bonne résolution . Mais c’est pas gagner …
    Enfin bon ton article me redonne du courage et des conseils pour m’améliorer et je t’en remercie ! :)

    Et au passage bonne annnnnéee !!!

    • Pit dit :

      Courage Pauline.
      la procrastination c’est le mal du siècle, mais ce n’est pas une fatalité!
      tu vaincras j’en suis sûr! :)

  16. Cédric I dit :

    Eh bah je suis mal barré pour ce qui concerne la partie sortie de la routine. Casanier et peu social comme je le suis (sans compter ma très faible estime personnelle).

    Cependant, même si j’ai longtemps été un très gros joueur, j’y touche pratiquement plus aujourd’hui, mais je n’ai pas vraiment eu l’impression d’être plus inspiré qu’auparavant. Après, je pense pas qu’il soit forcément nécessaire de passer par la case « sortir de chez soi » pour avoir quelques idées. Même en restant dans ma chambre en permanence, je suis extrêmement curieux et d’ailleurs, quand il s’agit de procrastiner, je suis moins de la catégorie « j’me tape une série/ un jeu » (même si des fois ça fait du bien) que celle « du gars qui extrapole tout ».
    Très souvent, je suis incapable de me fixer une recherche en particulier sur internet par exemple. Quand je tape un truc dans google, il arrive très souvent qu’au bout de deux ou trois heures, j’ai « fait des kilomètres ». Comprendre : au fil de mes recherches, je tombe sur un truc qui attire mon oeil (la magie des recherches google qui n’ont RIEN à voir avec la recherche initiale), alors je me renseigne dessus, puis rebelote, un nouveau truc dans le nouveau, à tel point que des fois j’en oublie ce que j’ai cherché au départ. Je réfléchis BEAUCOUP (et même beaucoup trop la plupart du temps, ce qui a pendant un temps eu des effets néfastes sur ma santé physique et mentale (étant un grand anxieux)).

    Bref, même si je déteste sortir, je n’en reste pas pour autant cantonné à ma chambre. Ajoutez à ça une certaine ouverture d’esprit dont je peux être fier et qui me permet de contourner voir transformer des concepts éculés, m’amenant à sortir des sentiers battus.

    Pourtant, par contre, même si je peux avoir une tonne d’idée de base, de matériau brut, j’ai toujours été INCAPABLE de raconter une histoire, je ne sais pas les développer. Je suis bien plus efficace quand il s’agit d’enjoliver quelque chose que j’ai sous le nez, d’avoir des idées à partir de ça qui permettent de donner des trucs intéressants. Les discussions avec mon scénariste sont toujours passionnantes quand on parle du scénario. Comme du tac o tac, on a plein d’idées qui fusent mélangeant les notre, c’en est presque magique… l’inconvénient c’est qu’on sait pas s’arrêter, et des fois on se perd. >_>

    • Pit dit :

      Maintenant que je commence à te connaître un peu Cédric, tu m’as l’air plutôt prolifique comme garçon, et je ne me fais aucun souci pour ta créativité qui se profile parfaitement.
      Rassure-toi, « sortir de chez soi » n’est pas un passage obligé pour la créativité (merci internet), mais c’est quand même meilleur pour la santé et ça aide parfois pour vaincre ses peurs/anxiétés (en tout cas, je parle pour moi).

  17. tony dit :

    Salut pit
    tres bon article comme toujours
    pour ma part des fois je trouve des idees en detournant des objets de leur context et en leur donnant de nouveaux role
    en grow je les imagine differement de CE qu’il sont.
    par exemple un casque de music peut devenir un vaisceau spacial ect
    des fois c’est des paroles des phrases lut des poemes ou meme des musics qui me donnent des idees
    par exemple Dans une chanson d’Evanescence
    « see into my eye » me Donne l’idee du dessin d’un oeil avec a l’interieur dessiner le mot « see »
    ou encore « cath me as I fall » donnerait une main qui attrape les letters « m »et  » e » qui tombent .
    ou quand je vois un dessin d’autre artistes que je n’aime pas ou que j’aime je l’imagine avec des yeux different par exemple ou des formes ou des expression differences des fois ca Donne des chose vraiment surprenante.
    oh j’oubliais
    Bonne Annee
    (je sais j’ai un probleme avec les accents):)

  18. michel dit :

    Merci pour tes vœux Pit et pour ton très bon article.
    A mon tour de te souhaiter une très bonne année.

    En ce qui me concerne, c’est le soir que je note dans les grandes lignes ce que je souhaite accomplir le lendemain.
    Récemment, ayant désormais du temps en tant que senior, j’ai pris la décision de saisir un carnet de d’écrire, puisque cela me tentait depuis longtemps. Avant de commencer, je reconnais que je n’étais pas très enthousiaste, je me disais que je n’ai rien à voir avec un écrivain , que je n’aurais pas grand chose à me raconter .

    Oh surprise !!

    Les idées jaillirent les unes après les autres , que ce soit un objectif à atteindre, une stratégie à améliorer, un article lu dans un journal, des personnes rencontrées, un évènement dans notre pays et ce que j’en pense etc , etc .

    Je m’écris donc quotidiennement un journal.

    Par contre ce qui me manque, car , comme tu le soulignes très bien toi-même, l’important est d’apprendre, vouloir toute sa vie progresser. Ce qui me manque disais-je c’est de traduire certaines de mes idées en dessin.
    J’ai bien des fois essayé mais en vain !!!

    Donc pour l’instant, je dessine des portraits pour ma famille qui est contente, donc moi aussi.

    Par curiosité, je vais jeter un coup d’œil a  » eurekaa  » puisque plusieurs commentateurs en parlent .

    Encore merci Pit !

    • Pit dit :

      Oui Eurekaaa est un script qui permet de générer des phrases et des images.
      Ça peut parfois dépanner.
      Mais c’est sûr que cela ne t’aidera pas pour projeter mentalement tes dessins. C’est un travail sur le long terme.
      Comme je disais à Kat tout à l’heure, cela ne fait que 3 ans que je parviens à visualiser à peu prêt mon dessin avant de commencer à croquer, et pourtant ça fait 9 ans que je dessine sérieusement. Comme quoi, la route est longue…

      Merci Michel.
      Toujours heureux de te voir par ici.

  19. Zoé dit :

    Bonsoir,
    Article intéressant (pour changer) dont la lecture m’a été agréable :)
    Pour ma part les idées viennent sans prévenir, et c’est systématiquement quand je bosse mes cours (j’ai donc des vignettes de dessins un peu partout car pas forcément de « vraie » feuille à disposition..), ensuite quand je suis enfin en position de dessiner, je mets de la musique (en aléatoire, vive l’iPod) et ça en général ça aide bien ^^

    PS : je ne sais pas si on te l’a déjà fait remarquer, mais j’ai décelé une faute d’orthographe dans la phrase « …le cerveau a bien plus de faciliter… », erreur d’inattention sans doute, le fait est que « facilités » (voire « facilité » selon le sens) conviendrait mieux je crois :)

  20. Alarsson dit :

    Comme nicky et marc mes idées (le plus intéressantes) me viennent quand je me couche,un monde paralléle s’ouvre dans ma tête,c’est incroyable xd et puis écouter de la musique m’inspire.

    • Pit dit :

      Tiens c’est amusant que tu parles de musique, car autant la musique d’ambiance sans parole me stimule, autant la musique accompagnée de voix me déconcentre (dommage).

  21. Nactilope dit :

    C’est vrai que l’inspiration est très souvent un blocage :) !

    Encore une très bonne analyse du sujet! bonne continuation Pit !

  22. robert Alexandre dit :

    Bonjour c’est bien de vouloir rationaliser les chose ça aide a con prendre ^^
    mais bon hein …
    l’inspiration c’est avant tout quand tu inspire :P

    pas trop compliquez que ça au final

    tu a remarqué quand tu inspire
    ba d’un coup tu a tout ce que tu a décrit plus haut …

    la confiance la foi en toi les odeurs le feeling … l’harmonie tu a tout
    tu a surtout le sentiment d’etre en vie

    et comme y parais que le soufle et divin
    ba du coup l’inspiration est divine ^^
    1
    mais bon on a pas tous le meme niveau que le son …
    et encore moins de la lumierre …

    l’art c’est de la folie
    de la folie controlé .
    le TAO (l’équilibre entre son coté Amour et son coté Haine )
    etre ZEN
    moi je fait mes dessin en révant
    parce que je suis un reveur
    un monument de flemme et de paresse

    ce qui fait la qualité d’un artiste ce n’est pas son talent technique (bien qu’il en faut un peux de la technique)
    c’est la qualité de son ame de son esprit et de son coeur

    comme tu a l’air d’en avoir Bc (sinon tu te caserais pas la tete comme ça a vouloir transmettre ton savoir )
    ça me plait ça les gens qui pense au autre
    tu doit etre un grand artiste (et tu l’est en fait ^^ ) tes dessin sont géniaux ;)
    alors laisse toi allé
    fait des trait au hazard
    parce que de toute façon on va tous allez a TOir oO ^^

    et si un jour tu passe me voir je te montrerais des dessin d’enfant …
    qui valent tous les picaso rembrant ou autre viellerie qui était chouette aussi mais bon
    parce que dans le fond se ne sont pas des enfants ..
    ce sont des dragon :P

    les temps ont changé
    maintenant on est dans l’air du verseau …
    le temps ou les enfant nous enseigne
    le con en OR :)
    alex pour les gens sympa !
    bisosu et merci bc pour tes articles
    ils m’ont aidé a me rapeler qu’elle grand artiste j’avais été !
    peut etre sans toi je n’y serais pas arivé

    alors chapeau bas !
    mes amitié et tout mon respect !

  23. courty dit :

    très mignon tout ça, mais il y a des cas ou l’inspiration n’est pas nécéssaire, l’artiste sans savoir ce qu’il va faire dépose des couleurs sur la toile instinctivement, et cela fait une composition – beaucoup d’artistes cotés font comme cela et ils ont du succès !!!! c’est ce qu’on appelle la peinture gestuelle

  24. Mehdi dit :

    Pour ma part je crois à la magie ;-) et j’en arrive au mêmes conclusions lol. En tout cas ton article est très interessant et juste… je veux dire très inspiré!! ;-)

  25. virginie dit :

    C’est vrai que s’aérer ça stimule. Depuis que je suis à la campagne, j’en profite et j’ai l’impression de progresser. Le fait de balader mon chien m’aide à réfléchir sur un dessin quand j’hésite sur la technique à utiliser.

  26. sandy dit :

    Vraiment super ton article :) , moi mes meilleurs idées viennent le soir, c’est limite si je ne l’ai rêvent pas. Mais je dessine particulièrement le matin ^^ je suis plus calme et mon cerveau reposer pour les idées.

  27. Zineb dit :

    Salut Pit ! Je lis beaucoup tes articles, ils sont excellents, vraiment ! Celui-ci m’a plus particulièrement plu, tout ce qui est écrit est très recherché et très vrai. On sens que tu as une grande expérience dans ce domaine.
    Quant à moi, je pense aussi que mon inspiration dépend entièrement de l’état de mon moral. Les moments propices au développement de mon inspi’ c’est les moments où je m’ennuie ferme, en cours de math par exemple. Étant autodidacte, toutes ces heures perdues sont bonnes pour m’améliorer. Mais si tu savais ô combien mes camarades et mes profs sont une source d’inspirations inépusiable. L’une avec sa nouvelle coupe de cheveux et l’autre avec ses nouveaux habits ! Sinon, j’aime beaucoup ilustrer une scène d’un livre que j’ai apprécier. Mais le plus souvent est en effet quand je visite de beaux musées, de boutiques de robes somptueuses. Le soir même, dans le calme ou avec une bonne musique pop, l’inspiration coule à flots.
    M’enfin ! Aller, bonne année 2014 à toi et à la prochaine !

    • Pit dit :

      C’est marrant, j’adore observer silencieusement mes proches, mes amis et même des passants dans la rue. Il y a toujours des choses intéressantes à voir.
      Je ne m’en lasse pas. Et puis, c’est ça aussi de prendre le temps de vivre: s’attarder sur les petites choses. :)

  28. FANNY dit :

    Salut Pit !
    Encore un article excellent , bravo !
    De mon côté, pour trouver l’inspiration, je fais des photos de mes proches, de paysage… ou je reprends d’anciennes photos qui me plaisent et je me rends sur Picasa pour appliquer différentes textures et effets. Et quelques fois jaillissent des idées que je reprends comme base de tableaux ou de dessins. Comme d’autres, la musique m’inspire également, j’adore Coldplay, Massive Attack et les musiques de relaxation qui aident je trouve à entrer dans une certaine rêverie. Enfin, le soir, j’ai toujours un petit carnet sur ma table de nuit car quand tout se calme au moment de s’endormir, il me vient parfois des idées de couleurs, de mises en scène que je peux réutiliser même des mois plus tard.
    Amitiés à toi ô généreux Pit et merci de nous faire partager tes trucs pour progresser !

  29. Morganedessins dit :

    Moi je regarde des photos sur internet parfois et cela me donne des idées :)

  30. Ben dit :

    Merci pour cet énorme article, écrivant beaucoup moi même, j’imagine bien le temps que ça a du te prendre. Personnellement, quand je n’ai plus beaucoup de motivation ou d’inspiration, je prend le train. Eh oui, l’avantage d’habiter en Ile-de-France. Des fois mêmes, je me contente d’aller sans raison ni but, je monte dans un train et me laisse porter. Et même sans parler, je découvre de nouveaux lieux, de nouveaux visages, l’inspiration se renouvelle, j’explore un nouveau monde à quelques kilomètres de chez moi.

    Comme tu dis, ça fait du bien aussi de changer, de rencontrer de nouvelles personnes. Je m’amuse bien à l’université à discuter avec des inconnus, ça permet de s’ouvrir de nouveaux horizons.

    En tout cas, merci pour tes articles ! :-)

  31. mcgee dit :

    Salut Pit!
    Ca fait longtemps que je te suis et tes articles sont formidables!
    Mon commentaire est un peu hors sujet mais je n’ai pas trouvé comment te l’envoyer autrement.
    Je vient de réaliser un dessin dont je suis particulièrement fier et on m’as demandé si je comptais le fixer. Du coup je me pose la question et je suis un peu perdu. J’ai vu que certains fixatifs faisaient jaunir le dessin avec le temps et sur d’autres sites, qu’une simple laque à cheveux suffisait.

    Je voulais savoir si tu fixais tes dessins aussi et si oui avec quoi.

    Encore merci pour tes articles qui nous font progresser :)

    • Pit dit :

      Une excellente question.

      Pour des dessins au crayon ou graphite, je les conserve dans des pochettes plastiques A3 sans fixatif, et ces pochettes vont dans un carton à dessin.

      Pour du pastel ou du fusain, je te conseille vivement le fixatif, sauf si tu comptes encadrer ton dessin (la vitre du cadre suffit bien à le protéger).
      Le fixatif (quel q’il soit) a une fâcheuse tendance à jaunir avec le temps et ternit les couleurs, on n’y peut rien malheureusement.

      Longtemps j’utilisais des laques à cheveux de supermarché, mais c’est vrai que ça jaunit beaucoup après 5 ans, même sur du papier archive.
      Depuis 4 ans j’utilise le fixatif Delacroix Sennelier, qui est plutôt pas mal.

      Pour vaporiser le fixatif, éloigne-toi bien du support (40cm minimum), et ne vaporise pas avec le flacon à l’horizontal car non seulement tu vas perdre de l’air inutilement, mais le produit risque de couler goutte par goutte et tomber sur ton dessin.
      Préfère faire ça en extérieur, même un petit balcon suffit (en fermant les portes derrière toi car les fixatifs sont assez toxiques bien souvent).
      Laisse sécher trois bonnes minutes, et passe une deuxième couche, voire une troisième si c’est le médium est spécialement.

      Voili voilou.
      ;)

      • mcgee dit :

        Merci beaucoup pour ta réponse!
        Personnellement, je ne dessine qu’au crayon et en plus en noir et blanc. Donc juste une pochette plastique suffit à protéger assez le dessin? Cool!

  32. Nem dit :

    Hello ! Un post parfait ;) Et oui la maladie de la page blanche c’est pas qu’avec les écrivains.
    Juste pour ajouter un point sur les stimulants d’inspirations.
    Les jeux vidéo sont un excellent moyen de cultiver des informations.
    Les créateur nous offre des possibilités infinie en termes de :

    – Mouvements de personnages (Vue en 3D)
    – Structure anatomique (mécaniques,humanoïdes,..)
    – Races (elfes, aliens,…)
    – Lois physique
    – Environnements
    – Scénarios , etc…

    Bien sur, cela reste dans un domaine purement virtuel voir du fantasme, mais c’est justement ce qui rend le jeu intéressant, pareil pour les films d’ailleurs !
    Ce sont des mondes de rêves de fictions ou tout est permis.

    Pour éviter le « copiage » rien n’empêche de prendre comme base un sujet (ou plutôt un thème) qui vous tiens à cœur (car c’est 2 fois plus motivant quand on est passionné) et de le mixer avec d’autres, aussi farfelue soit-elles, elles seront toujours propre à vous même.

  33. Tapibleu dit :

    « on pourrait tous directement aller prendre un Xanax et se mettre au lit », je dirais même plus, un suppo et au lit!

    Ma méthode c’est de tout noter sur un bout de papier, ensuite il faut les trier pour enlever ceux qui sont nuls (comme un lance-chat explosif par exemple) et ceux qui sont plutôt pas mal (comme un lance-chat explosif par exemple).

    Ensuite mon soucis c’est le même soucis que M.Toux-Le-Monde, j’ai pas le niveau pour les concrétiser, c’est très vite frustrant, du coup je pose le crayon/stylet/fourchette assez vite. D’autant plus que je déteste l’incompétence, donc voir une de mes idées ne pas avoir la tête qu’elles devraient avoir, ça me donne envie de me pendre à l’aide de ma tablette. Heureusement que j’ai une Intuos, parce que c’est pas avec le micro câble de ma Bamboo que je pourrais me pendre. :p

    Pour moi l’inspiration c’est assez abstrait, je préfère appeler ça « idée », ça donne moins un effet divin et donc c’est prit plus au sérieux par les non-initiés (comme moi :p ). Le mieux c’est de faire ce qui donne le plus d’idée chez soi, se promener, regarder un film, etc… Et vous obtiendrez ainsi une inspiration! Comme dessiner un lance-chat explosif! Et comme tu as déjà dis, si on a pas d’idée, tant pis, c’est pas grave, y a toujours moyen de faire autre chose. Moi en ce moment, je fais beaucoup de tests, de croquis et de dessin d’observation suite à une pénurie d’idée (et de talent, non non je ne suis pas pénible avec ça).

    Il faudrait d’ailleurs penser à faire un article sur « Comment faire un Shouryuuken sur une personne qui dit que le Digital Art « C tro s1pl lol ».

    • Pit dit :

      Je viens de trouver une super idée en te lisant… je crois que je vais dessiner un lance-chat explosif!
      je suis sûr que tu y as jamais pensé, avoue! :D

  34. Ellana dit :

    Bonjour (ou bonsoir selon l’heure à laquelle tu me lis) Pit,

    J’ai adoré ton article, par ailleurs très bien écrit, qui m’a beaucoup inspirée même si mon problème de confiance en moi me semble…incurable. Je dessine depuis toute petite en petiiiite débutante (14 years old) avec mes crayons HB mâchouillés, ma gomme que je n’ai pour seul but de finir et mes petits bouts de fusain (pas du luxe).
    J’ai pris pour habitude de dessiner sur fond musical (surtout du MUSE et des morceaux de guitare) car ça m’inspire et j’ai l’impression de retranscrire l’âme de la chanson et les notes sur le papier. En général, c’est du: Muse, Evanescence, Imagine Dragons, Arctic Monkeys, Pierce The Veil, et je craque pour le morceau de guitare « Jeux Interdits ».
    J’aurais bien aimé savoir quelle(s) chanson(s) ou quel genre de musique tu écoutes en dessinant? (Je crois me souvenir que tu avais laissé échaper dans un de tes articles -oui, je suis une fan- que tu écoutais de la musique parfois en travaillant) Merci de ta réponse !

    • Pit dit :

      Salut Ellana,

      Pour répondre à ta question j’écoute de la musique quand les tâches ne sont pas trop difficiles (comme l’encrage) mais c’est rare.
      En général j’ai beaucoup de mal à me concentrer et j’enfile des boules quiez (earplugs), surtout quand je dessine ou peins d’imagination.

      Sinon au niveau musical j’écoute un peu de tout. C’est vraiment selon mon humeur ou de mon activité. De l’électro/Lounge quand je sors. Du rap/hip hop/techno/rock alternatif quand je fais du sport. Des trucs un peu plus jazzys et calmes ou de la pop quand je fais le ménage, que je relève mes mails ou que je suis dans la rue.

      Voici quelques artistes que j’apprécie quand je suis au calme: Radiohead, The xx, Azure Ray, Imagine Dragons, One Republic, Pink, Snow Patrol, M83, Mr Troy, The Rescues, Foy Vance, Paul Kalkbrenner, Avril Lavigne, John Mayer, K’s Choice, Doves, Band of Horses, Thirdy seconds to mars, Bon Iver, Sting, Sigur Ros, JJ Goldman… (la liste est longue) C’est en général de la variété anglaise, j’ai vraiment du mal avec le français, l’allemand et toutes les autres langues autres que l’anglais chanté, il faut vraiment que les paroles soient excellentes pour que j’apprécie.
      L’anglais reste beaucoup plus plaisant à mon oreille, et ce depuis toujours.
      J’aime beaucoup les musiques de film aussi (surtout quand j’ai apprécié le film).

      La dernière chanson en date que j’écoute en boucle depuis deux jours: Peace Sign de Lights featuring Coeur de Pirate (duo français/anglais très appréciable).

  35. Bob dit :

    Salut! Super boulot continu. Mais si je peux te conseiller, j’ai remarqué une erreur dans ton interprétation, quand tu dis que wikipédia définit mal le mot « inspiration » car elle le réduit au sens de la divinité  » comme si il faut prier pour avoir de l’inspiration ». En faite wikipédia dit exactement comme toi. Car tu nous explique qu’il faut avoir confiance en soi, écarter les idées négatives et se donner confiance pour avoir de l’inspiration.
    Avoir « Dieu en soi » comme dis wikipédia c’est pas croire en dieu mais en « Nous-même ». En conséquence la définition et bonne et cohérente avec celle que tu proposes. Je trouvais ça un peu paradoxale de détruire cette définition pour ensuite faire la même. Mais sinon c’est très intéressant, discutable et je trouve qu’il a des choses justes dans certaine de tes propositions.
    Tu devrais t’intéresser à la Méditation transcendantal. Va voir les interviews de David Lynch à ce propos adepte de cette pratique, pour le coups sa va éveillé ta curiosité. Bon allez, bon courage et continu comme ça!

    • Pit dit :

      Je trouvais ça un peu paradoxale de détruire cette définition pour ensuite faire la même
      Oui, ma foi, tu as tout à fait raison. Mais c’était surtout, pour la jouer un peu provocateur et faire réagir les gens sur l’origine de l’expression.
      J’attendais quelqu’un comme toi pour me faire la remarque, donc un grand merci à toi pour avoir relevé :)

  36. Madame F. dit :

    Bonjour à tous !

    Voilà encore une fois un article qui me parle et étant confrontée actuellement à un manque d’inspiration cruellement cruel je me tourne vers vous tous qui pourrez peut être m’apporter un peu d’aide.
    Voilà deux ans que je souhaite faire de la bande dessinée, je ne me fais pas d’illusions mais plutôt que de rêver je préfère tenter ma chance.
    Il y a un an j’avais une profusion d’idée, aussi bien sur le scénario que pour la narration, même en dormant j’avais des idées, je rêvais et je me parlais dans mon rêve en me disant « ça c’est une idée à retenir », je me levais et notais cette idée, avouez que c’est quand même super de rentabiliser son temps de sommeil comme ça !
    mais depuis quelques mois j’ai un nouveau job, que j’ai pris à temps partiel pour justement me réserver du temps pour construire ce projet (à savoir commencer par développer le dessin, tout reprendre depuis le début, et ainsi avoir la qualité de dessin qu’exige le scénario, la mise en scène etc…).
    Problème : ce job à temps partiel se passe dans le milieu éducatif, j’incarne l’autorité auprès d’ado, je dois être très pragmatique, très adulte, il m’a fallut un temps d’adaptation d’ailleurs pour entrer dans ce rôle, maintenant c’est fait et j’apprécie ce job. Le soucis c’est que la créativité a complètement disparu je crois. Et le temps libre que je pensais investir dans la création, sert à faire les choses du quotidien, à consacrer du temps pour mon amoureux, mon cerveau est rempli de « à faire » … Le pire c’est que j’ai pris ce taf pour justement subvenir à mes besoins vitaux et mes besoins matériels pour réaliser mon projet, maintenant que j’ai toutes ces choses…le vide !
    Avant je dessinais, j’écrivais mes scénarios, je peignais, j’avais des choses à dire et je savais COMMENT les dire.
    Aujourd’hui j’ai une idée d’histoire, quelque chose que je souhaite proposer un jour à une revue de bd, le problème c’est que depuis les 3 premières planches, rien de neuf, je n’ai plus ces petits rebonds du quotidien  » ah ça, ce serait carrément bien pour ce que je vais faire !!, quand tu sors ton carnet pour tout noter et où tu as hâte de retrouver ta table de dessin pour tester ce que ça donne en storyboard. Et même en dehors de ce projet là pas d’idée pour écrire, peindre…rien.

    Je me console en me disant que j’arrive malgré tout à dessiner, je n’ai pas besoin d’être très créative pour apprendre l’anatomie, la perspective etc… J’ouvre un fichier d’image et hop 30min et c’est parti, je dessine, j’apprends.

    Truc qui a beaucoup changé aussi, c’est que l’an passé je prenais des cours de peinture, et l’émulation me permettait de créer des choses aussi bien durant les cours, que chez moi sur d’autres supports et avec d’autres techniques, ne plus être en contact avec d’autres esprits créateurs a peut être aussi son importance.

    Comment redonner sa place à mon projet ? Comment réveiller mon cerveau ? Tout le plaisir qui en découlait me manque beaucoup !

    Merci d’avance pour l’aide que vous pourriez m’apporter ! et bonne journée !

    • Pit dit :

      Ton histoire ressemble en fait un peu à la mienne.
      Déjà il est difficile de rester créatif lorsqu’on est en couple, et surtout lorsque son ou sa compagne n’est pas du même acabit.
      Aussi avec un travail à mi-temps, il est difficile de garder de l’énergie pour une activité créative, surtout avec un job à responsabilité (je l’ai fait pendant 3 ans).
      Pour ce qui est de la Bd, j’ai commencé avec des rêves plein la tête. J’ai écrit 3 scénarios et j’ai ensuite travaillé avec mon meilleur ami qui s’avérait très créatif et productif lorsqu’il était célibataire.
      C’est vrai que la création est parfois ralentie par notre vie sociale, et particulièrement par nos relations avec nos proches.

      Je crois qu’il faut que tu l’acceptes. Dès que tu sens ces moments créatifs arriver, profites-en pour te laisser de l’espace, avertis ton entourage, quit à passer quelques heures dans une bibliothèque loin de ton conjoint et de tes amis.
      Pour des personnes qui ne créent jamais rien, il est difficile de comprendre tout ça et de laisser faire. Ils pourront même parfois te jalouser. Dans tous les cas, ne te plie pas à leur volonté. C’est ta vie, tes désirs, pas les leurs.
      C’est important de se laisser ce moment, sinon tu risques de te perdre et tu ne seras pas épanouie. Tu manqueras de quelque chose au fond de toi, car créative, c’est ce qui te définit, c’est ce que tu es, et c’est ce qui te rends heureuse également.
      Il faut simplement que tu trouves tes marques et que tu t’organises; gestion du temps oblige, écarte toutes les activités parasites!!!)

      Je compatis.
      Courage! je sais que c’est difficile de digérer certains aspects de nos contraintes sociales. Nous avons tous des choix à faire.
      ;)

  37. Madame F. dit :

    Merci Pit pour cette réponse,
    quelque part ça me rassure, mais comment font ceux qui ont des enfants ?!!
    Je crois comme toi que c’est carrément une histoire de gestion de temps, mais j’avoue ne pas rencontrer un grand succès ! Il faut faire des choix, c’est tout à fait ça et en étant en couple ça devient difficile, n’habitant pas ensemble, pas dans la même ville on se consacre nos week-end pour se voir. Mais j’en ai discuté avec lui et comme il est merveilleux il comprend complètement, il faut s’organiser différemment pour se voir « c’est tout ».

    Sinon quand tu dis écarter toutes les activités parasites euh… les repas, la vaisselle, le ménage, la lessive ça compte ? ;)

    Encore une fois heureusement pour progresser en dessin j’ai encore de la place dans mon cerveau pour analyser et assimiler, pour le coup peut être que le travail pédagogique que j’exercice avec les jeunes m’aide aussi dans mon propre apprentissage.

    La créativité est finalement comme un muscle, la création appelle la création !

    Merci et bon week-end que je souhaite inspiré à toutes et tous !

    • Pit dit :

      Sinon quand tu dis écarter toutes les activités parasites euh… les repas, la vaisselle, le ménage, la lessive ça compte ?
      Non je pensais plutôt à la télé, à divaguer sur internet, trainer sur les réseaux sociaux, rêvasser devant l’écran, passer son temps au téléphone, etc…
      J’avais écrit un bref article sur la gestion du temps ici: http://apprendre-a-dessiner.org/dessiner-une-fois-par-jour/

  38. Madame F. dit :

    hé hé c’était une blagounette, je ne suis pas inscrite sur les réseaux sociaux et je n’ai pas de télé, je me contente de regarde 1 série à la fois sinon c’est trop chronophage !

    j’ai consulté ton article sur la gestion du temps, couplés avec d’autres articles je pense que je vais essayer de faire quelque chose d’adapté à mon fonctionnement.
    merci de tes réponses !

  39. casa dit :

    Article intéressant et blog très bien fourni :)

    Je fais un peu de théâtre( en amateur) mais j’ai l’impression que l’inspiration et la création sont des thèmes et des problématiques récurrents dans tous les domaines de l’art.
    Un acteur Michael Chekhov ( le cousin d’Anton et élève de Stanislavsky) a écrit deux bouquins très intéressants sur les mécanismes de l’inspiration, les méthodes pour la provoquer et développer son imagination ( les bouquins: être acteur et l’imagination créatrice). Ça concerne certes le comédien en particulier mais je pense que ses techniques peuvent s’adapter à toute forme d’art et notamment le dessin ;)

    Je pense que ses livres devraient intéresser toi et tes lecteurs.

    Bien à toi et bonne continuation!

    Quentin

    • Pit dit :

      Je suis en train de lire « La Dramaturgie » de Yves Lavandier.
      Dès que je l’ai fini, je jetterai un coup d’oeil sur ta référence qui m’a l’air très intéressante.
      Merci à toi ;)

  40. opi dit :

    Bonjour, j’ai découvert ce blog aujourd’hui car je cherche à m’améliorer.
    J’ai lu l’article sur le style et celui ci.
    Je me demandais, lorsqu’on a pas vraiment d’idole à « copier » mais qu’on a plusieurs références qui nous ont plus, est ce que cela favorise la créativité et la création d’un nouveau style?
    Ou bien cela risque-t-il de créer un pot pourris de style?
    Pour ma part j’essaie toujours de remonter dans le temps à la veille d’un nouveau style et tente de trouver mon inspiration à partir de ces éléments.

    • Pit dit :

      Non justement, multiplier les inspirations c’est ce qui nous permet de ne pas tomber dans le plagiat.
      Donc c’est tant mieux pour toi!

  41. Herve dit :

    Article tres interressant, pour ma part lorsque je suis en panne d’inspiration differentes choses fonctionne pour moi.
    Aller dans des quartiers artistiques, visiter des galleries… Non pas pour copier des idees, mais l’energie creative des ces lieux refont demarrer ma propre energie creatrice.
    Certains spots specifiques et personnels dans une ville ou la nature, je m’y pose et me deconecte de ce qui se passe autour de moi, et petit a petit les idees reviennent.
    Autrement, comme toi, des bouquins fantastiques ou de SF, des comics, me donnent des idees de style ou de concept que je developpe par a suite pour m’affranchir de l’idee originale.

  42. Très bon article, pour ma part, je puise l’inspiration à ce qui m’entoure et principalement à un amour non réciproque du passé, il y a beaucoup d’idées qui me viennent de la^^ après, je pense que chacun va trouvé par lui même ce dont il a besoin.
    Chacun va avoir peut être un  » élément déclencheur » qui viendras pécher sa propre inspiration.^^

    • Pit dit :

      Oui, la frustration peut être un très grand générateur d’inspiration si on l’utilise bien.
      C’est clair qu’il faut s’en nourrir plutôt que de laisser la mélancolie nous envahir.

  43. Odile dit :

    Cher TOI, ton cours me semble très bien fait et important. Tu stimules les passionnés, les débutants, …tous. C’est bien construit, interessant, je dirais: parfois: coquin. Ce qui donne des clins d’oeil super sympas.
    Moi, je suis « senior ». Surtout coloriste. Très bonne ligne.
    J’aimerais aborder l’illustration digitale, mais ne trouve pas le cours et le temps.
    En fait, j’aime beaucoup le « fait main » avec ses erreurs – respiration: la ligne se brise un peu tout d’un coup -et continue.
    J’ai commencé à dessinner à 16 ans pour supporter la dépression causée par la mort de mon père.
    Je regardais la nature de très près depuis mes trois ans ( vie à la campagne, pas d’amis, pas de voisins… j’allais me promener et disais  » je vais dans mes laboratoires », là je regardais les plantes et les fleurs de très près: regarder, toucher, puis manger)
    J’ai mis au moins 5 ans à faire qqch qui me semblait » potable » de mes 17 à 22 ans. Ensuite, en faisant toutes sortes de boulots, je n’ai jamais arrêtté: c’est mon ANCRE, mon Centre.

    Archi important, quand on vit de plus à l’étranger.
    Bien sûr, avec les années tout évolue, et c’est sympa.
    Continuer, perseverer, ne pas se laisser contaminer par les appréciations diverses,et participer à divers ateliers.
    Faire ce que l’on sait faire… sans se poser trop de questions, une personne sera émue par notre travail.
    Il est possible de tout peindre: des rêves, une casserolle, un tuyau d’arrosage enroulé, une fleur, un chat, aussi un « splumf » de couleurs.
    Bissou, Pit! Odile

  44. Maelle dit :

    Moi aussi j’ai ma banque d’image dans plusieurs dossier (fleur,véhicule,portrait…) mais j’ai une question est ce qu’il y aurait un moyens de visionné toutes ses photos a la suite comme un diaporama ?

    • Pit dit :

      Sur mac j’utilise Iphoto qui est un logiciel fourni avec le système d’exploitation.
      Sur windows tu peux utiliser la visionneuse windows par défaut. Par contre je crois qu’il est nécessaire de placer toutes les photos dans le même répertoire pour que le diaporama fonctionne.
      Sur windows il existe Acdsee qui est un très bon logiciel (payant), que j’utilisais avant de passer sur Mac.

  45. leprechaun dit :

    Recette perso:

    Beaucoup de solitude.Laisser agir

    Travailler très dure avec la tristesse du passé.Se dire qu’on ne peut jamais effacer nos erreurs,mais les compenser par des bonnes actions.

    Ne jamais se reposer,on forge un dessin.Chaque coups de crayon est une pensée,une « prière »,une alchimie personnel à ne pas laisser refroidir tout de suite.

    Avoir un but artistique réel.

    Comprendre la magie de ses oeuvres et parfois les détruires si notre morale l’exige.

    Se taire.

    Recevoir en retour la foudre et le mépris,et continuer malgré tout.

  46. Marie dit :

    Bonjour, c’est un article vraiment intéressant.
    Je ne m’attarderai pas sur le sujet mais personnellement l’inspiration me vient dans différentes situations:
    -sous la douche ( moment de relâchement ou les souvenirs viennent et repartent )
    – avant de m’endormir
    – même si cela peut sembler étrange, je suis quelqu’un d’assez  » mélancolique » mon inspiration est donc souvent tiré de scénarios dramatiques existants ou de ma propre création.
    La majorité de mes dessins traduisent l’irréel,la souffrance,la tristesse,la colère ou l’inconscience. J’utilise beaucoup de mouvement « souples ».
    Pour cela je me laisse généralement porter par des ost d’animé, ou je visionne des images de danse.
    – enfin ma toute dernière source d’inspiration : certaines personnes de votre entourage ont des expressions qui en disent long sur ce qu’elles pensent,c’est parfois intéressant de les dessiner.
    Voila, j’ai dit l’essentiel en ce qui me concerne. ;)

  47. Gwen dit :

    Bonsoir pit !

    Je crois bien que c’est le première fois que je laisse un commentaire a la suite d’une lecture . Merci ! C’est un très bel article ! je suis en quête d’inspiration mais j’ai l’impression d’être bloquer je cherche mon style .. et il est vrai que c’est difficile ( comme si rien ne m’atteignais a croire o_O) . Continus de prodiguer d’aussi bon conseil c’est agréable de lire quelqu’un qui réussi lui même ce dont il parle ;)

  48. Inkmebaby dit :

    J’adore cette article je l’ai lu une dizaine de fois, c’est très enrichissant d’avoir des conseil d’une personne s’y connaissant sur le sujet je suis fan du blog ;)

  49. Céline dit :

    Bravo pour ce blog super accueillant et plein de générosité et d’astuces et d’aides pour apprendre le dessin. Cet article me rappelle surtout de ne pas me limiter quand j’ai des idées de les noter plutot que de les virer de ma tete par peur de ne pas pouvoir les réaliser par la suite!

    D’ailleurs tu en fais quoi de toutes tes idées? Moi j’ai du mal a aller jusqu’au bout d’une ou de savoir ou je veux aller avec cette idée. Et m’en satisfaire. J’ai souvent l’impression d’etre toute petite par rapport a ce que mes idées ou mes envies voudraient m’emmener. Alors je floute tout et je pense a autre chose la plupart du temps.
    et ca notammement aussi a cause de ma non maitrise de la perspective qui me bloque pas mal. (entre autre)

    • Pit dit :

      Salut Céline,

      Je note toutes mes idées dans un document numérique, que je peux consulter depuis mon smartphone.
      Avant j’avais un carnet papier, mais il est plus facile d’organiser les idées et de revenir dessus des mois/années après le premier jet.
      Certaines idées ne me serviront jamais, et d’autres murissent au fil du temps.
      Par exemple je suis en train d’écrire un scénario de bande dessinée (un « one shot » comme disent les anglo-saxons, c’est à dire qu’il n’y aura qu’un tome): l’idée était partie de rien, et maintenant elle prend forme semaine après semaine. Le processus est long, car je fais tellement d’activités à côté, mais au moins ça avance surement et c’est ce qui compte.

  50. Minipoucette dit :

    Bonsoir Pit !

    Je suis toute nouvelle sur ce site et ton article sur l’inspiration m’a beaucoup (vraiment beaucoup) aidée. J’aurais une requête à te demander. Je suis en train de commencer une BD (ça fait des années que j’en rêve) et je voulais savoir s’il était possible, dans deux de mes vignettes, de m’inspirer de ton article ici présent en dessinant ton site ? Je m’explique, mon héroine est en fait en train de consulter ton style. Tu noteras le super mise en abime… Cela te dérange-t-il ? Je demande ça au cas ou un jour mon livre ait un succès de fou qui déchire tout! Ce dont je doute mais comme on dit, l’espoir fait vivre…

  51. Minipoucette dit :

    Génial ! Merci beaucoup, je ne manquerai pas de te citer ! Ca te fera de la pub auprès de mes amis !

  52. Manon Massacci dit :

    Bonsoir Pit,

    Cet article est vraiment excellent, j’y retrouve beaucoup de choses que j’avais observées ou dont j’avais l’intuition mais que les mots n’avaient pas encore réellement identifiées. Personnellement, ce qui m’aide beaucoup c’est l’idée de « rebondir » sur les idées des autres ou sur les sujets que je rencontre. Si quelqu’un me parle d’un sujet, j’essaie de me dire « a quoi ça me fait penser », « qu’est ce qu’on pourrait faire de ça » .. J’appelle ça « l’analogie » parce que c’est réfléchir par association … En fait j’ai l’impression que quand on fait un nombre suffisant d’analogies entre des choses on finit souvent par tomber sur une bonne idée, une idée intéressante. Et ce que tu disais sur le fait de garder son âme d’enfant me paraît essentiel ! Personnellement je lutte pour que la vie « d’adulte » ne vienne pas emprisonner cette petite voix insolite et spontanée :)

    Merci pour tes articles, j’étudie les arts graphiques dans une école depuis peu, et mes professeurs sont très durs avec nous, alors tes mots me redonnent souvent du courage et de la motivation, parce qu’ils me reconnectent à ce qui fait la beauté de l’art du dessin, sa richesse, sa diversité, et surtout la liberté qu’il nous offre pour nous exprimer. Encore Merci !

    • Pit dit :

      Courage à toi Manon!
      te laisse pas faire par les personnes qui te découragent. :)
      Il y a tellement de personnes aigries par la vie…
      préserve tes rêves de gosse au maximum, perso c’est ce qui me donne la force de continuer ce que je fais chaque jour, et de marquer les gens autour de moi tel un virus.
      Et rien ne t’empêche de te comporter en adulte quand il le faut. Il « suffit » de trouver son équilibre interne ;)

      « Les gens qui participent à rendre ce monde plus mauvais ne prennent jamais de jours de congés. C’est pourquoi je ne peux me le permettre. » Bob Marley

      Je te souhaite plein de bonne chose pour la suite de tes études.
      à +

Laisser un commentaire