Créer un portfolio : 15 fautes graves à éviter!

Créer un portfolio : 15 fautes graves à éviter!

Cet article n’est pas forcément lié aux techniques du dessin, mais si vous êtes étudiant ou aspirant dessinateur professionnel, les conseils qui vont suivre pourraient vous servir fortement. D’ailleurs si vous êtes débutants et que vous cherchez aussi votre public ou vos partenaires de dessin, cette lecture peut vous être utile.

Comment créer un portfolio lorsqu’on est un professionnel du dessin ? illustrateur, animateur, auteur de bande dessinée, storyboarder/roughman, concept designer, cover artist, etc…

Quelles sont les erreurs à éviter absolument dans son portfolio?

Comment se faire remarquer par ses clients ?

Comment se démarquer des autres artistes ?

Votre portfolio est le lien entre vous et l’extérieur : il est votre boutique. Vous avez tout intérêt à le soigner, surtout si vous voulez être pris un minimum au sérieux. Votre portfolio peut très bien être un blog, tant qu’il est le reflet de votre niveau actuel.

Au bas mot, j’ai dû visiter plus de 10000 portfolios ces 3 dernières années, et croyez-moi, j’en ai vu de toutes les couleurs.

Voici ce que je vous conseille d’éviter en créant votre site web d’artiste :

 

  • Parler trop de sa vie, poster ses photos de vacances ou des clichés très personnels. Mettez votre égocentrisme et votre narcissisme de côté. Si vous parlez de votre propre vécu, faites-le en dessin et POUR les autres. Ne le faites pas pour vous. Vous risquez de perdre des lecteurs ou des spectateurs en un rien de temps, croyez-moi. Mettez-vous toujours à la place de votre public en vous posant la question suivante : « Qu’est-ce que les gens viennent chercher sur mon site ? » . Si vous êtes jeune professionnel, mettez-vous toujours à la place de vos clients et facilitez-leur la tâche.
  • Croire que le public va apparaître par miracle devant vos créations. Tissez des liens avec vos semblables, commentez le plus possible sur les blogs et les forums, faites du contenu intéressant, ne soyez pas timide et ne restez pas dans votre coin. Si votre niveau de dessin n’est pas très bon, mais que vos idées sont intéressantes ou/et originales, vous trouverez votre public. Fréquentez aussi les sites comme deviantart, faites parler de vous, même si vous n’êtes pas un dieu du dessin. Participez à tous les concours de dessin possibles, non seulement cela motive, mais votre progression s’en ressentira et vous vaincrez votre timidité. Restez courtois, encouragez vos semblables, échangez avec humilité: vous serez récompensé et vous rendrez le monde meilleur. Restez toujours positif dans votre discours, et respectez les personnes qui dessinent moins bien que vous : on n’est jamais à l’abri d’une rencontre intéressante ou de se faire des amis inoubliables (ou même de trouver l’amour de sa vie, sait-on jamais…;) )
avoir l'illusion que le trafic viendra de lui même
  • Accorder trop d’importance à la forme de votre portfolio.Restez classiques dans la présentation, démarquez-vous avec le contenu (c’est- à- dire vos images ou vos vidéos), sauf si vous êtes web designer (qui est un des cas particuliers que je n’aborderai pas). Ne prenez pas de risque inutile quant à la forme de votre site. Restez clair et lisible. Testez l’ergonomie et demandez l’avis de votre entourage. Si vous voulez présenter votre site de façon originale, soyez sûrs de vous, car vous n’avez pas le droit à une deuxième chance sur internet. Rappelez-vous que la plupart des internautes n’ont pas plus de patience qu’un jeune chiot (Wouaf! wouaf! j’ai trois mois wouaf!) :)
  • Cacher son adresse internet dans un coin du site. Plus votre adresse email est facile d’accès, plus vous augmenterez vos chances d’être contacté. Ca paraît bête dit comme ça, mais ça marche. Plus vous épargnez de clics de souris à l’internaute ou à votre client, et mieux ça vaudra. Il m’arrive de vouloir contacter un artiste à partir de son blog, et parfois son adresse email ne figure même pas sur le site ! Distraction ou timidité maladive? On peut s’attendre à tout avec les artistes (marginal jusqu’au bout ;) )
  • Ne pas soigner chacun des travaux présentés. Publiez vos meilleurs travaux. Si vous avez un doute, c’est que ce n’est pas encore assez bon, et vous ne tromperez personne.
  • Ne pas savoir à qui vous vous adressez. Par exemple si vous êtes un(e) illustrateur(trice) jeunesse, ne diffusez pas de travaux d’un domaine différent de celui dans lequel vous voulez travailler. Si vous voulez travailler pour un client précis, renseignez-vous sur leur style de prédilection. Si vous cherchez un éditeur, recherchez les noms des directeurs de collection. Google est votre ami. En règle générale, si vous voulez travailler pour un client bien précis, sachez exactement quels projets sont en cours, quels artistes travaillent déjà sur les différents projets. Plus vous êtes renseignés à propos d’un client, plus vous vous sentirez à l’aise et plus vous serez réactifs.
  • Ne pas savoir à quelle tranche d’âge votre travail correspond. Pour les illustrateurs jeunesse c’est une erreur fatale. Par exemple, un projet ciblant les 6-8 ans ne conviendra pas forcément pour les 8-10 ans. Le mieux est d’étudier directement le produit fini (ex : les livres déjà existants de vos confrères dans les rayons jeunesse).
  • Faire un blog en flash (sauf si vous êtes un flasheur spécialisé). Les temps de chargement sont longs, et comme déjà dit plus haut, à moins d’être sûr de votre coup, mieux vaut rester à peu près dans les sentiers battus, privilégier la clarté de la présentation et miser sur la qualité du contenu, sauf encore une fois dans le cas où la forme du site est le contenu lui-même.
  • Montrer plus de 20 images par section. Privilégiez surtout la qualité et pas la quantité. Si votre travail est d’une qualité homogène et que vous êtes productifs tant mieux, mais les derniers travaux sont en général les meilleurs. Gardez en tête que votre style évolue avec votre vision des choses et la maturité de vos idées.
  • Plagier le style des artistes existants, ou s’inspirer trop fortement de leur style. Il y a une différence entre adapter son style à un projet et copier « bêtement » l’oeuvre de quelqu’un d’autre. Vous ne serez pas crédible, et ne sous-estimez jamais la culture visuelle du grand public et encore moins celle des directeurs artistiques.
  • Mettre de la musique qui démarre toute seule sans que le visiteur le demande. Les goûts musicaux ne se discutent pas. De plus, si votre visiteur est un chasseur de nouveaux talents, il aura l’habitude d’ouvrir plusieurs fenêtres dans son navigateur, et ne saura pas d’où vient la musique, ce qui risque de l’ennuyer quelque peu même si la musique est sympa. Il y a aussi d’autres visiteurs qui écoutent leur propre musique sur itunes, et vous risquez de faire double signal, ce qui est très gênant. Il y a d’autres individus qui préfèrent le silence (comme moi car je me déconcentre pour un rien).
une femme se bouche les oreilles
  • Utiliser le thème initial d’un blog, tel quel. Par exemple si vous utilisez Blogspot pour votre hébergement, veillez à changer l’arrière plan et à présenter convenablement votre site. Personnellement, quand je vois un blog avec le fond noir uniforme d’un des thèmes par défaut, je referme aussitôt la fenêtre sans même prendre le temps de regarder le contenu (à tort parfois! je sais).
  • Avoir une page d’accueil où il est écrit « cliquez ici pour entrer ». Les chasseurs de talents alias « vos employeurs potentiels» n’ont que faire de perdre du temps sur une page vide. Allez au vif du sujet, et montrez des visuels dès le début. On doit pouvoir capter votre style et avoir un échantillon de vos compétences dès la première page de votre portfolio. Si le visiteur est intéressé par votre travail, il continuera son chemin dans vos pages internes et prendra le temps de visionner vos galeries.
  • Ecrire son résumé en anglais avec des fautes d’orthographe et de grammaire. Demandez de l’aide si vous n’arrivez pas à traduire votre présentation tout seul. Intéressez-vous un maximum à l’anglais écrit et parlé, ce sera toujours un plus dans votre carrière, ou tout simplement un avantage dans vos rapports avec les internautes. Même si vous êtes débutants, avoir des amis étrangers est toujours passionnant. (aaaaah ! l’exotisme ;) )
  • Mentir sur ses compétences et sur ses expériences professionnelles. Vous tromperez peut-être vos amis mais pas vos clients. C’est très dangereux pour votre réputation et votre crédibilité.

 

Conclusion 

Voici quelques références de portfolios que j’apprécie pour leur efficacité:

  • http://www.v-meignaud.com/ : Non seulement je suis un fervent admirateur du travail de Véronique, mais en plus, je trouve que son portfolio est très éthéré et lisible. Je crois qu’il s’agit d’un thème wordpress modifié. Bien sûr, il est difficile pour un débutant de faire un site comme celui-ci. Les thèmes wordpress nécessitent un minimum de connaissances et de patience, mais rien n’est impossible.
  • http://canepabarbara.blogspot.fr/ : Bien que lourd au chargement, le blog de Barbara est un des meilleurs exemples que j’ai trouvé pour s’écarter d’un thème Blogspot de base. Il suffit d’être un peu curieux, de chercher des tutoriels sur le sujet et de bidouiller un peu le code html (réveillez un peu le geek qui est en vous;) ). Vous n’êtes pas obligés d’aller dans l’extrême comme elle (et d’ailleurs je ne le conseille pas), mais faites-en suffisamment pour changer un minimum le design.
  • http://lagrenouillenoire.tumblr.com/ : un autre exemple, le Tumblr D’Igor Alban-Chevalier, créé sur un des nombreux thèmes par défaut de Tumblr. Tumblr est la plateforme idéale pour les débutants qui ne veulent pas se prendre la tête. L’avantage de Tumblr c’est sa simplicité, le nombre impressionnant de thèmes gratuits et la communauté qui va avec.
  • http://www.juliedillonart.com/ : un dernier exemple pour la forme. Le site de Julie est simple et lisible. Les illustrations couleurs sont bien mises en valeur. Ce portfolio est tout sauf original, pourtant, on prend plaisir à visionner les superbes images qu’il contient. « Less is more » comme diraient nos amis anglophones.

Dans tous les cas, garder ce principe en tête :

FACILITER LA VIE DU VISITEUR = AUGMENTER LES CHANCES D’ACCROCHER VOTRE PUBLIC

A vos crayons ! (… à vos navigateurs internet je veux dire!) ;)

 

Partager cet article
être averti des nouveautés

Réponses à Créer un portfolio : 15 fautes graves à éviter!

  1. Giovani dit :

    Bonjour!

    Tout d’abord, je tiens à te féliciter et à te remercier pour ce blog.
    Je te remercie encore de traiter des posts qui sont interessants et donc j’en dévore les détails croustillants, pour m’en imprégner à l’avenir. (Comme ce post, si jamais j’ai l’intention d’en faire un portfolio blog, ce qui sera sans doute le cas.)

    Je fus surpris aussi des nombreux erreurs, dont quelques que j’avais déjà remarqués sur les blogs, comme la musique en fond… Sans savoir d’ou cela vient, et surtout qui s’ajoute sur iTunes, et pour cause je fermais directement le site d’ou venait la musique…Cela pouvait être un tort mais ayant l’handicap d’être malentendant et portant des prothèses auditives, je pouvais trouver cela agaçant ou crispant…
    Par contre je n’ai pas compris le 12ème point, en correspondance du thème initial, est-ce que parce que le bloggeur en laissant le thème initial du blog, passe pour un novice, un débutant et ne vaut la peine d’être visualisé ou jugé?

    Je fus surpris du dernier point (n’ayant jamais vu des personnes mettant en avant leur expériences et compétences surement) et cela me choque énormément car le fait de mentir sur cela, signifierait pour moi un manque de confiance… Même si son parcours pourrait être hasardeux voir même avec des échecs, il faut en assumer les conséquences (je sais de quoi je parle…)

    Giovani.

    • Pit dit :

      Merci pour ton intervention Giovani.

      En effet le 12ème point peut être un peu étonnant, mais c’est la dure réalité d’internet. Peu importe le contenu, le visiteur peut tracer son chemin en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, surtout s’il sent que la structure du blog n’a rien d’originale. Bien heureusement ce phénomène ne s’applique pas à tout le monde, mais je pense que c’est le comportement de la plupart des employeurs et des chasseurs de tête.

Laisser une réponse