Accueilconseils generalistes dessinDessiner un visage réaliste sans « copier », en construisant le portrait étape par étape.

Dessiner un visage réaliste sans « copier », en construisant le portrait étape par étape.

Dessiner un portrait n’est pas ce qu’il y a de plus simple, loin de là. Il existe des techniques adaptées aux débutants, comme la technique de la grille (dessiner des carreaux sur sa référence-photo et reporter les proportions sur son dessin final), technique qui, à mon avis, semble destinée à encourager le débutant plus qu’autre chose.
Je ne recommande donc pas ce genre de méthode aux dessinateurs qui souhaitent réellement apprendre à dessiner sur le long terme, et qui désirent avant tout se détacher peu à peu des références- photos, ou en tous cas les utiliser à bon escient.

Je vois de plus en plus de jeunes dessinateurs sur internet, montrer des portraits photo-réalistes sans pour autant avoir pris le temps de comprendre, ni même de construire leur dessin en partant de formes simples en 3D. Je ne dis pas que « la copie c’est mal », car en un sens, la copie éduque l’œil à la reconnaissance des formes en deux dimensions, à l’appréciation des proportions et à la hiérarchisation des tonalités. Mais sans une compréhension de l’objet en trois dimensions, il est impossible de sublimer et de donner du style à un portrait comme le font les meilleurs portraitistes.

Bien sûr, la justesse d’un portrait dépend avant tout de l’œil photographique que l’on a développé au fil des années, et c’est en cela que l’exercice de copie peut aider. Ceci dit, copier n’est pas suffisant pour dessiner des portraits qui tirent leur épingle du jeu. Sans compréhension de la perspective et de l’espace, on laisse bien plus de place aux maladresses et aux défauts de proportions. En effet, se décider à sortir de ces petites routines de « recopiage » n’est pas simple, et le meilleur moyen [spoil: attention, je vais radoter] est de commencer à apprendre à construire des formes simples en perspective.

Oui je sais, je sais, pas très appétissant comme menu… mais je suis bien au fait de ce que la fierté peut nous faire faire parfois (et les artistes sont connus pour être de vraies têtes de mule, suivez mon regard>>>>> bibi ^^). Persister à recopier sans réfléchir n’est une solution que pour les personnes qui cherchent la facilité. Mais à long terme, ce genre de comportement empêche l’artiste de trouver son propre style, ou pire : l’enfermera dans la névrose «du dessinateur qui a peur de dessiner d’imagination pour ne pas montrer qu’il ne sait faire que de la reproduction ».
Je ne compte plus le nombre de dessinateurs qui arrivent vers moi en disant : « j’ai arrêté de dessiner il y a quelques années, et aujourd’hui j’ai l’impression de ne plus savoir rien faire ». Pour moi, ce discours en masque un autre: « j’ai toujours copié sans prendre le temps de réfléchir à la perspective et à la troisième dimension qu’est la profondeur, et aujourd’hui j’aimerais vraiment apprendre les bases car j’ai le sentiment que la copie conforme ne me fait pas évoluer comme je le voudrais. »

Toujours pas convaincus par l’idée que la compréhension de la perspective permet à l’artiste de dessiner correctement un visage, en évitant les maladresses les plus courantes? Si oui, alors il est impératif de se demander pourquoi le dessinateur débutant préfère dessiner les visages de face et de profil. La raison en est que la perspective du crâne est simplifiée sous ces angles de vue. Tandis que pour une vue de trois-quarts, la difficulté est de dessiner deux hémifaces théoriquement symétriques, alors qu’elles ne le sont plus en perspective. Le dessinateur qui ne comprend par la perspective sur une vue de trois-quarts sera systématiquement en difficulté, alors que sur une vue de face ou de profil, il pourrait faire illusion.

Vous l’aurez compris, un visage, comme tout objet complexe qui se respecte, mérite que l’on accorde de l’importance à la profondeur, pas seulement à la perception photographique. Je conseille donc, avant d’aller plus loin dans cet article, de relire les articles suivants avant de vous essayer au « portrait construit » de A à Z:
Comment dessiner une tête
10 règles d’or pour dessiner un visage
Critique de portrait

Je vais maintenant vous montrer les étapes que j’utilise pour dessiner un portrait au fusain d’après photo (à défaut de modèle vivant). Il s’agit d’une méthode parmi d’autres, donc, ne vous attachez pas trop aux outils que j’utilise et à l’aspect purement technique, mais plutôt à l’état d’esprit et la logique avec lesquels j’aborde ce portrait. L’outil et la technique ne sont rien si l’artiste n’a pas compris ce qu’il fait exactement en amont, et ça, je ne le répèterai jamais assez. ;)

 

Référence photo ou modèle vivant ?

Dessiner d’après modèle vivant est toujours une expérience unique que je recommande évidemment à tous les dessinateurs, car l’œil humain voit bien plus que le capteur d’un appareil photo ou d’une caméra (autant au niveau des valeurs, des détails, que des couleurs). Cependant, quand on est débutant ou amateur, il est souvent bien difficile de trouver une personne assez patiente pour tenir plus d’une heure immobile, sans la promesse de lui offrir en échange un portrait digne de ce nom. Heureusement, internet nous donne aujourd’hui la possibilité de trouver des références à portée de souris, afin de nous exercer tranquillement, sans aucune pression sociale. Encore faut-il être capable de bien savoir choisir sa référence, ce qui n’est pas forcément aussi simple qu’il n’y paraît…

 

La référence photo

Pour cet article, ma référence sera une photo de l’actrice britannique Vivien Leigh. En général, je préfère les images de grande taille (avec des dimensions supérieures à 1000 pixels de longueur ou de largeur). Vous remarquerez que cette image présente un excellent équilibre au niveau de la hiérarchie de valeurs. La qualité de la lumière et la gamme des tonalités paraissent idéales pour retranscrire le tout sur papier, tout en restant naturel. Si la photo manque de détails dans les hautes lumières (photos surexposées, comme pour le cas de la plupart des portraits féminins que l’on trouve très couramment sur le net), ou dans les ombres (photo sous-exposée), vous prenez le risque d’en représenter tout autant sur votre feuille (c’est à dire peu). Le résultat final sera tout sauf naturel, et ne ressemblera pas à un portrait pris sur le vif (même si ce n’est pas le cas), mais à une simple photocopie. C’est aussi pour cette raison que j’apprécie les photos argentiques des anciens photographes de célébrités. En général, ce sont des clichés en noir et blanc aux jeux de lumière très étudiés, au grain très particulier, et qui montrent un niveau de détail avantageux pour nous, dessinateurs.

reference portrait

Vivien Leigh, une charmante actrice de l’époque d’Audrey Hepburn. Connaissant assez mal son visage, j’ai cherché d’autres références pour me faire une idée plus concrète. Cette dernière photo a vraiment retenu mon attention et me servira de modèle. Il s’agit d’une vue légèrement de trois-quarts, à ne pas confondre avec une vue strictement de face.


Le matériel et la technique

Voici le matériel que j’utilise 90% du temps:

  • Un papier mi-teinte de chez Canson (que j’ai découpé en format A3), qui me permet de partir avec des valeurs moyennes d’entrée de jeu: cela signifie que je pourrais aussi bien travailler les ombres que les hautes lumières, tout en conservant des tonalités moyennes consistantes.
  • Un crayon pastel de couleur pour la base du dessin. Les avantages: on peut facilement repasser au fusain dessus (contrairement au graphite), et la couleur nous permet de voir notre construction à tout moment.
  • Un large pinceau à bord arrondi (un sopalin ou la main peuvent faire l’affaire).
  • De la poudre de fusain (obtenue au frottement d’un carré de fusain sur du papier de verre): facile à étaler avec un pinceau large lorsque les valeurs sombres sont prédominantes. J’aime particulièrement l’effet vaporeux que le pinceau à bout arrondi peut apporter. Grâce à cet effet, on peut jouer entre parties floues et partie nettes.
  • Un porte-mine, pour une prise solide sans pour autant se salir les mains.
  • Une mine Nero Soft Cretacolor, pour les valeurs moyennes (pas utilisée dans ce tutoriel, mais c’est une de mes mines de prédilection pour des portraits détaillés et texturés).
  • Une mine fusain Cretacolor, pour les noirs intenses (utilisée tout au long de ce tutoriel).
  • Une carré fusain PITT (avec deux T hein ;) ) pour les grosses zones sombres, lorsque je veux renforcer la texture et la matité des noirs.
  • Une mine blanche Cretacolor pour les rehauts.
  • Une gomme mie de pain pour les effacements « légers » et diffus.
  • Une gomme électrique pour les effacements « durs » et précis, généralement utilisée pour les reflets sur les lèvres, la peau et les cheveux (voir ma section matériel pour plus de renseignements).
  • Un buvard pour ne pas faire de bavures et pour ne pas se salir la tranche de la main et du poignet.
  • Un estompe (ou à défaut mes doigts ou un sopalin).
  • Un support tendre en dessous pour ne pas risquer de dessiner sur les impuretés du support, ce qui peut entraîner de petites marques inesthétiques (en général un bloc de feuilles assez fines fera l’affaire). La tendresse du support peut également augmenter considérablement le plaisir et le contrôle de la pression de la mine sur le papier.
  • Un max de patience (en tout cas chez moi, c’est tout sauf naturel, héhé ^^). Dans le cas présent, le tout n’a pas pris plus de 3 heures, pour la simple et bonne raison que le fusain se travaille plus rapidement que le crayon. Ce qui m’a pris le plus de temps était de gommer certaines parties sombres, car j’ai tendance à trop amplifier les valeurs (c’est un de mes défauts, je suis un maniaque du contraste, parfois au détriment du résultat final).

    materiel-dessin

    Tout ce matériel n’est pas nécessaire pour réaliser un bon portrait. La technique ne représente que le sommet de l’iceberg.

 

Etape 1 : Conception de Miniature(s)

L’étape de la vignette est facultative pour ce qui est du dessin de portrait, pourtant, elle garde tout son intérêt.
En effet, il est toujours bon de se créer une petite maquette de ce qu’on va accomplir en plus grand. Cela permet de prendre du recul avant de se mettre au travail : comprendre un peu mieux les particularités du visage, apprécier les proportions, et mieux appréhender les jeux de lumière et la hiérarchie de valeurs.

En général, je n’utilise pas plus de trois ou quatre valeurs pour cette étape, l’intérêt étant de résumer l’image comme un tout, plutôt que de faire du « détail par détail ».
En plus, si l’on veut ajouter certains effets c’est pendant cette étape qu’il faut expérimenter, car on ne risque ni de perdre son temps, ni de gâcher du papier vu la taille des dessins.

vignette-portrait

Une vignette réalisée en une dizaine de minutes pour m’échauffer.
Je me concentre essentiellement sur les valeurs, pas sur l’expression ni sur les proportions.
J’ai pour principe de travailler avec les mêmes outils que pour mon dessin final.
Désormais j’ai une maquette de mon dessin. Une vignette est généralement plus petite que la paume de la main.

En jetant un coup d’œil dans les yeux du modèle sur notre référence, on peut apercevoir deux reflets (« catch light » en anglais), qui indiquent que deux sources de lumières ponctuelles éclairent de face : c’est notre éclairage principal.
Une autre lumière arrive d’en haut à gauche et par derrière, et met en évidence le contour des cheveux (« hair light » en anglais).
Il est fort possible que sur la droite du modèle, le photographe ait ajouté un réflecteur pour déboucher certaines ombres et pour mettre en évidence le contour de la pommette droite.
Enfin, un spot éclaire le fond, dans le but de démarquer la partie droite des cheveux noirs.
Rien n’a donc été laissé au hasard (et tonton Pit n’a pas ses yeux dans sa poche car il est passionné de photo également :D).

 

Etape 2 : Construction et préparation des repères principaux

Cette étape est la plus importante. Partez d’une sphère un peu ovale pour le crâne. Creusez-y les tempes sur les côtés.

Les repères essentiels d’un visage sont :

  • La ligne verticale qui sépare le visage en deux.
  • La ligne verticale qui coupe les ellipses que forment les tempes en deux parties égales, et qui passe par le sommet du crâne.
  • La ligne de la racine des cheveux.
  • La ligne des arcades sourcilières qui coupe horizontalement les ellipses des tempes en deux parties égales.
  • La ligne de la base des narines.
  • La ligne de l’interstice de la bouche.
  • La ligne de la pointe du menton.
  • La base du nez et le placement des orbites (qui reste la partie la plus délicate à placer en général).

Considérez que la ligne des cheveux, des sourcils, du nez et du menton sont à distances égales. Lorsque je ne suis pas sûr de mes proportions, je vérifie en tendant le bras devant moi, en gardant mon crayon bien à la verticale, c’est-à-dire parallèle à ma référence photo (qui est affichée sur l’écran d’ordinateur dans mon cas). Je fais glisser mon pouce de bas en haut, non pas pour mesurer la distance réelle entre mon pouce et le bout de mon crayon, mais plutôt pour comparer les proportions.

Par exemple, j’essaie d’évaluer la largeur entre les extrémités des yeux quand le visage est de trois- quarts en comparant cette distance avec d’autres (ex : la distance entre les yeux et la bouche équivaut à une fois et demie la distance entre les extrémités externes des yeux.)
Je mesure tout ce qu’il est possible de mesurer, et je prends mon temps, car je sais qu’à ce stade la plupart des erreurs peuvent encore être corrigées.

Si vous échouez à cette étape, c’est que vous n’avez pas assez pris votre temps. Acceptez le fait que vous ne pouvez pas dessiner aussi vite qu’un dessinateur chevronné si vous n’êtes pas habitué à l’exercice. Ne vous comparez donc pas aux portraitistes professionnels qui ont passé leur vie à faire ça.

portrait-etape-0

Mine de rien, cette étape prend bien plus de temps que ça n’ en a l’air. Lorsqu’un trait ne me convient pas, j’efface et je recommence.

portrait-1

J’efface au fur et à mesure chaque étape de la construction précédente, mais pas complètement pour ne pas perdre de vue les proportions.

 

Etape 3 : Construction des repères secondaires

Il s’agit maintenant de se donner des repères pour les formes secondaires, comme le front, les globes oculaires, les pommettes, le menton, la face inférieure du nez, les contours de la bouche, les lèvres, les tempes, la lisière des cheveux et tous les éléments qui représentent des reliefs plus locaux que les formes globales du crâne. Ces repères doivent rester simples et légers car ils me serviront de base pour non seulement dessiner les éléments du visage, mais aussi pour déterminer la délimitation des valeurs principales.

portrait-2

Sur ce dernier, j’esquisse quelques formes circulaires qui représentent le front, les yeux et la bouche.

Pour dessiner ces délimitations de reliefs, il suffit d’observer son modèle et de se demander quelle est la direction des surfaces par rapport à la lumière.
Si vous avez des lacunes sur la connaissance de la lumière, je vous conseille de (re)lire les articles suivants :
dessiner les ombres, partie 1
dessiner les ombres, partie 2
dessiner les ombres, partie 3

 

Etape 4 : dessiner les éléments du visage

Autant le remarquer tout de suite, le visage n’est pas plat : ni les yeux, ni le nez, ni la bouche.
Sur une vue de trois-quarts, le phénomène est évident. Ce que je veux dire par là, c’est que le visage n’est pas une image collée à une surface plane.

En général, les erreurs graves que l’on commet sur un visage de trois-quarts sont les suivantes :

  • Ne pas dessiner le relief des globes oculaires.
  • Croire que l’iris est en surface du globe oculaire, et que la pupille est en surface de l’iris.
  • Ne pas prendre en compte l’épaisseur des paupières (aussi bien inférieure que supérieure).
  • Ne pas considérer que la paupière est une enveloppe du globe oculaire, et donc s’adapte à une forme sphérique.
  • Ne représenter aucun raccourci au niveau de la bouche, alors que si on compte le nombre de « T », on se rend vite compte que certaines masses se superposent (et le rouge à lèvre n’y change rien).
  • Ne pas représenter le bout du nez bien en face de la base du nez, et dévier maladroitement la cloison nasale (n’hésitez pas à prendre des repères verticaux, comme la moitié de la paupière du même côté que la pointe du nez).
  • Faire partir la gorge à la naissance de la boîte crânienne et non pas à partir de la mâchoire inférieure.
  • Ne pas chercher la ligne de vision et ne pas attacher d’importance à la perspective globale de la boite crânienne et du visage.
  • Ignorer le fait que plus un objet s’éloigne de l’observateur, et plus il paraîtra petit (ça paraît bête dit comme ça, mais ça l’est moins au moment de dessiner).

    portrait étape 4

    Encore une fois, les premières étapes doivent être dessinées lentement: quand on débute, il est nécessaire de mesurer, mesurer et encore mesurer afin d’obtenir des proportions correctes.

 

Etape 5 : représenter les blocs de valeurs

C’est là que notre maquette commence un peu plus à nous servir, surtout si l’on a prévu de ne pas reproduire les valeurs exactement comme sur la photo.
Souvent j’aime « aplatir » les valeurs les plus sombres, c’est-à-dire que j’aime regrouper au maximum les tonalités les plus intenses, dans le but de mettre en valeur les parties claires.
A ce stade, j’essaie de dégrossir le travail uniformément sur la feuille. Je pars d’une valeur moyenne entre 6 et 7 avec la mine fusain (entre 4 et 5 si je travaille avec la mine nero soft). Si ces nombres ne vous parlent pas, je vous conseille de relire cet article. Le papier mi-teinte m’aide à instaurer mes principaux volumes.

J’ai réalisé une cartographie de la hiérarchie de valeurs:

Une carte de la hiérarchie des valeurs.

Une carte de la hiérarchie des valeurs.

Travailler en noir et blanc présente l’avantage de ne pas être distrait pas les couleurs. Pour un œil non entraîné, c’est déjà assez difficile comme ça, donc mieux vaut ne pas trop en rajouter. Sur cette carte des valeurs, vous remarquerez que les motifs sont circulaires et que le cliché original présente une gamme très large de valeurs.

J’apprécie spécialement comment la lumière réagit avec les pommettes et les joues : je me régale à l’avance de dessiner ces parties-là et je n’hésiterai pas une seconde à amplifier le volume. ;)
Je me concentre spécifiquement sur le regard et l’expression de la bouche, qui représentent LES grosses difficultés. Mieux vaut être patient et prendre son temps, encore une fois.

portrait-4

j’étale rapidement au pinceau certains aplats.

portrait-5

Je représente ensuite les valeurs moyennes. Pas facile avec le fusain, surtout sur un visage clair. Je travaille par bloc et travaille l’harmonie de l’ensemble. Je n’estompe pas pour l’instant. S’il y a des petites erreurs, je gommerai plus tard, c’est-à-dire après estompage.

 

Etape 6 : détail des valeurs

Maintenant que le plus dur est fait, j’élargis la gamme de valeurs, j’affine certaines formes plus locales. Je fais de constants va-et-vient entre ma référence, ma maquette et mon dessin.
Je plisse (très) souvent les yeux pour comparer les valeurs de mon dessin et de ma référence, même si j’ai un peu l’air d’un abruti avec cette mimique faciale :D, au moins je suis sûr de ne pas me planter à mesure que j’avance.
Plisser les yeux (=regarder à travers le filtre que sont nos cils) permet d’aplatir les valeurs et les contrastes : on peut voir au premier coup d’œil si les valeurs sont décentes ou non.
Pour que vous vous rendiez compte des formes imbriquées qui constituent ce visage particulier, j’ai représenté des lignes de niveau qui permettent de mieux apercevoir les reliefs et les changements de direction des surfaces du visage.

courbes-de-niveaux

Voici ce que j’appelle les « courbes de niveaux » du visage. Cela peut faire penser au filet qu’utilisent les infographistes 3D (sauf que ce n’est pas destiné à de l’animation dans ce cas précis, juste à du rendu, donc à tous les puristes: la topologie ne nous intéresse pas ici ^^).

C’est toujours une bonne idée de faire ce genre de petit exercice quand on est novice ou que l’on a des difficultés à comprendre les formes dans l’espace.

portrait-6

Un peu de détail pour bien définir les volumes spécifiques à ce visage. J’estompe au dernier moment (j’insiste) pour augmenter la gamme de valeurs et mieux définir les volumes.

 

 

Etape 7 : Finalisation

C’est là que je prends le plus de plaisir à dessiner.
A ce stade je pose mes noirs et mes blancs (ombres de cavités, rehauts, reflets…), que j’ai soigneusement gardés pour la fin.
C’est là que l’effet « wow !» se produit en général. Les volumes « claquent » d’un seul coup. Le dessin « sort » de la feuille, un vrai bonheur pour les yeux.
Attention cependant, car c’est une erreur très courante, de croire qu’un papier saturé de graphite acceptera le fusain ou le crayon blanc. Je me fais souvent avoir (car je suis une tête en l’air), mais le graphite est une vraie plaie pour ça. C’est aussi pour cette raison que j’apprécie le papier semi-teinte, car je n’ai pas besoin de trop appuyer mes valeurs moyennes.

Il est vrai que la mine nero me permet d’être plus précis que le fusain, même si ce dernier s’efface mieux. Pour un portrait vraiment propre, il est préférable de réduire le plus possible toutes les opérations faites à la gomme. La qualité du papier s’en trouverait modifiée à force.

portrait-7

Je travaille certains reflets avec ma gomme électrique qui s’avère toujours d’une précision chirurgicale et vraiment adaptée pour retravailler le fusain.

 

portrait-8

Le crayon blanc me permet de mettre en valeur les formes. Je peux aussi l’estomper si besoin, mais la texture du papier me permet de suggérer les aspérités de la peau.

 

portrait-vivien-leigh-final

Le portrait finalisé. Bon ok, on ne reconnaît plus l’actrice, mais je me suis fait plaisir et c’est bien l’essentiel. Le fusain est loin d’être le plus facile des outils pour commencer cela dit: je vous conseille vivement un crayon tout simple si vous débutez :)
J’ai pris le temps de scanner le dessin, car les photos déforment toujours la perspective et appauvrissent les contrastes (vous avez déjà dû le remarquer). N’oubliez pas de signer votre dessin (et le dater si vous voulez analyser vos progrès dans le temps).

 

Mes « p’tits conseils qui payent pas d’mine »

Voici mes petits trucs et astuces qui peuvent faciliter grandement la tâche à tout apprenti portraitiste:

  • Prenez le temps de bien observer les particularités de votre sujet : qu’avez-vous remarqué au premier regard ? il faudra que sur votre dessin final vous retranscriviez au mieux cette première impression. Ici, les pommettes bien arrondies par le sourire m’ont tout de suite séduit (et d’ailleurs j’en ai peut être un peu trop fait).
  • Soignez le regard avant tout, l’expression de la bouche ensuite, et vous aurez déjà bien dégrossi le travail.
  • Placez les lignes des cils, puis dessinez la forme de l’iris, avant de dessiner le reste de l’œil.
  • Dessinez l’interstice de la bouche, avant de représenter le contour des lèvres.
  • Si à chaque étape le dessin reste agréable à l’œil, vous augmentez considérablement vos chances de succès.
  • Ne dessinez pas cheveu par cheveu, mais groupe de mèches par groupe de mèches (bon, ici les cheveux sont noirs, ce qui est plus facile que pour des cheveux clairs). Ce principe vaut pour tout : dessinez les plus gros contours d’abord, les détails ensuite.
  • Pensez aux volumes des grosses formes en trois dimensions, plutôt que des aplats de tonalités en deux dimensions.
  • Considérez toujours le visage comme un tout, et essayez de monter en contraste sur l’ensemble du dessin plutôt que de travailler les tonalités locales, pour au final vous perdre dans les valeurs.
  • Plissez les yeux très très souvent, autant sur votre référence que sur votre dessin. Comparez-les constamment encore et encore en observant à travers vos cils, jusqu’à ce que les valeurs soient convenables et que les volumes ressortent bien.
  • Contrairement à ce que l’on pourrait croire au premier abord, ni le blanc des yeux, ni les dents ne sont de valeur 0 (=blanc). Ce n’est pas parce qu’un matériel est naturellement blanc qu’il est de valeur 0, car l’éclairage aura toujours le dernier mot.
  • Entraînez-vous à observer les visages dans la rue, ne soyez pas timides. Dès que la personne ciblée vous regarde, fixez autre chose sans bouger la tête pour ne pas lui donner l’impression que vous la scrutiez, et dès qu’elle ne s’occupe plus de vous, continuez à l’observer : C’est une technique de vieux renard qui fonctionne bien :D . Aiguiser son sens de l’observation doit devenir une tâche continue qui permet de progresser sans même dessiner.

 

_

Dans la même rubrique

43 commentaires pour “Dessiner un visage réaliste sans « copier », en construisant le portrait étape par étape.”

  1. Nicky dit :

    Merci pour cette démonstration d’un bien beau portrait, quel grammage de papier as.tu utilisé et quel couleur de papier?
    Je trouve le portrait plus beau que la photo!
    Tout ce matériel est.il indispensable pour réaliser un portrait de ce genre?
    Je reviendrai lire ces précieux conseils
    Nicky

    • Pit dit :

      Salut Nicky,
      C’est du Canson 100g/m2.
      La ref: 200261442
      Tout ce matériel n’est pas indispensable pour faire un bon portrait.
      Par contre si tu veux obtenir un contraste maximal, il n’y a rien de mieux que le fusain et le crayon blanc sur papier mi-teinte. ;)
      (Enfin je n’ai pas trouvé mieux avec des outils secs)

      • islu dit :

        qu’est ce que c’est que le digital (digital = doigt????)

        islu

        • Pit dit :

          digital painting= peinture numérique ^^

        • dany...èle dit :

          c’est super tes conseils
          cependant sur ce portrait c’est pas top
          on dirait qu’elle sort du dentiste après une extraction dentaire..tu vois ?
          sinon merci !

        • Pit dit :

          Haha oui , en effet! je dois dire que tu n’as pas tort sur ce coup! maintenant que tu me le dis ça me saute au yeux.
          J’aurais dû tout rendre en une seule fois sans passer la gomme.
          C’est drôle, car je répète toujours « attention aux dents blanches », et je fais moi même la gaffe. C’est du moi tout craché!
          D’autant qu’elle ne sont pas blanches, mais salies pas les allers retours de la gomme.
          Je dois encore m’améliorer avec ce satané fusain. Des heures et des heures de pratique en perspective, je te le dis… ;)

          Merci Danièle pour l’avoir remarqué! oeil d’aigle!

  2. valérie dit :

    Encore un super article Pit qui va aider pas mal de personnes qui débute dans le portrait ^^ et d’accord avec toi que le matériel ne suffit pas mais passe d’abord par une bonne technique comme le digital ^^

  3. koukou dit :

    Portrait et article réussi bravo et merci ^^

  4. Jacques dit :

    Bonsoir Pit,

    Comme d’habitude un article magnifique et où je me suis vraiment retrouvé dans les erreurs de débutant :(
    Depuis que je suis tombé sur le blog et que j’ai pris les formations, il ne se passe pas un jour ou je ne dessine pas ou que je lis et relis les articles et visionne les vidéos car j’adore apprendre et en plus cela m’encourage :)
    Ceci dis lorsque je passe à la réalisation, là c’est pas gagné lol :)
    Pour l’instant j’aimerais bien me consacré aux portraits, donc l’article tombe pile poil et va encore me motivé d’avantage pour avancé doucement mais surement :)
    Je passe du dessin papier au digital et vis versa pour avoir un petit aperçu des différentes technique (je ne sais pas si c’est bien pour un débutant mais j’adore le digital)
    Je sais aussi qu’il n’y a pas de miracle et que seulement le travaille paye :)
    Je vais dire aussi que sur trois mois que je dessine, je suis quand même satisfait de mes réalisations même si forcément beaucoup de défaut et très content de pouvoir poster mes dessins auprès de la communauté, où je peu recevoir des critiques constructives :)

    Par contre j’ai un petit problème, c’est quand je plisse les yeux, je porte des lunette à verre progressif et en plissent les yeux je vois tout brouillé je ne sais pas comment je peu faire pour résoudre le problème ???

    Je te remercie encore une fois pour tous le travaille que tu fait et qui nous apportent énormément de choses :)

    P.S. : Excuse moi pour la tartine mais j’avais envie de m’exprimé un peu lol

    • Pit dit :

      Merci pour les retours Jacques.
      Je te conseille de ne pas parcourir trop vite les formations, et de passer au moins 6 mois voire un an sur les bases.
      Je sais que c’est tentant d’avancer vite dans la théorie et que c’est passionnant. ;)
      Cela dit, je connais ce phénomène de « je bouffe l’info sans trop pratiquer », car j’ai longtemps fait ça, et malheureusement, j’ai beaucoup perdu de temps.
      Je sais que tu es de bonne volonté, et je vois tes progrès à chaque dessin, donc je ne peux que t’encourager à bien temporiser et à toujours revenir aux bases dès que tu as un doute.

      Pour ce qui est de plisser les yeux, c’est normal de ne pas y voir clair (c’est le but). Les lunettes n’y changent normalement rien car le filtre est mis après correction du verre.
      Dans ton cas, tu ne pourras pas trop bouger la tête par contre, en conséquence tu devras forcer un peu plus sur tes paupières (ne lève pas le menton sinon l’image sera déformée).

      Voilà voilà :)
      Courage!

      • Jacques dit :

        Merci aussi à toi Pit :)
        Pour tous ces très bons conseilles, que je ne manquerais pas de suivre et aussi pour l’explication pour mes yeux  » j’y vois plus clair maintenant mdr :)

  5. Virginie dit :

    Super article. Ça me donne envie de me remettre au dessin de portrait avec leqquel j’ai beaucoup de difficultés

  6. coeijmans dit :

    Merci pour cet article super.Il vient à point car je compte me remettre à dessiner car quelques mois de soucis personnels m’ont empêchés de pratiquer.
    Ca ne m’a pas empêché de te lire avec le plus grand plaisir.
    Là, grâce à toi je suis reboosté à fond.
    Encore merci à toi.

  7. JeromeL dit :

    Bonjour Pit,
    Bel article sur le portrait. Ton approche structurelle est intéressante et juste. Je sens une légère frustration. Il est possible que je me trompe mais, si je peux me permettre, ajoute à ton approche une recherche caractérielle du sujet et tu obtiendras peut-être, plus de ressemblance avec le modèle.
    Passe par chez moi quand tu veux ;) (Dessiner et croquer la Vie)
    Cependant, tu as raison, l’essentiel est bien de se faire plaisir et le résultat n’a pas une réelle importance, si ce n’est qu’il te satisfasse et te procure ce que tu recherche en dessinant ou en peignant.
    Tu donnes un cours et fais une démonstration technique tout à fait magistral sur l’ombre et la lumière appliquée au visage et à la technique du fusain. Ton but est atteint. Bravo, bien réalisé.

    • Pit dit :

      Salut Jerome.

      Pas frustré le moins du monde non ;)

      « ajoute à ton approche une recherche caractérielle du sujet et tu obtiendras peut-être, plus de ressemblance avec le modèle. »
      A vrai dire je ne connais pas très bien l’actrice, je ne connais aucun de ses films honnêtement.
      Je voulais simplement dessiner un visage gracieux. Cependant tu as tout à fait raison, j’aurais pu pousser plus loin les recherches.

  8. isabelle dit :

    Bonjour à tous,
    Je ne peux m’empêcher de rappeler que Vivien Leigh est la merveilleuse actrice d’autant en emporte le vent…
    Ceci dit, le travail d’après photo me semble toujours frustrant. Le résultat manque d’âme quelque soit la main qui dessine. ici, je trouve le résultat un peu trop contrasté, genre photo, justement.
    Merci pour ce travail, bien intéressant comme d’habitude.

    • Pit dit :

      « Vivien Leigh est la merveilleuse actrice d’autant en emporte le vent »
      un classique à priori, tellement classique que je ne l’ai jamais vu! ;D je crois qu’il va falloir que je pallie à ça. Navré!

      « Le résultat manque d’âme quelque soit la main qui dessine. ici, je trouve le résultat un peu trop contrasté, genre photo, justement »
      oui difficile de faire mieux que le modèle vivant, et effectivement le résultat est très contrasté, peut-être un peu trop par rapport à la nature relativement douce et juvénile du sujet je dois l’avouer.

  9. Coyote dit :

    Moi j’ai fait de merveilleux dessin ,
    J’aimerai en donner à avec joi à Pit
    Bay :)

  10. QUEGUINER PIRIOU dit :

    Bonjour et merci pour cet article encore réussi et généreux.

    Et en particulier pour les conseils comme « Si vous échouez à cette étape, c’est que vous n’avez pas assez pris votre temps. Acceptez le fait que vous ne pouvez pas dessiner aussi vite qu’un dessinateur chevronné si vous n’êtes pas habitué à l’exercice. Ne vous comparez donc pas aux portraitistes professionnels qui ont passé leur vie à faire ça »

    En tant que débutante ou amateur un peu éclairée (un éclair de lucidité de temps à autres ;-) j’ai souvent, comme beaucoup, tendance à me mettre la pression. Ne pas réussir tout tout de suite a tendance à nous pousser à l’autodépréciation… Alors tes conseils précieux me remettent les « pendules à leur place » ;-D en rappelant la patience, pour plus de plaisir au final. Merci !!!!!

  11. michel dit :

    Bonsoir Pit

    Comme d’habitude, ton article est formidable. Je me suis très vite retrouvé dans les erreurs du débutant.
    En effet, bien que je sois relativement satisfait de mes portraits, je reconnais qu’ils ne ressortent pas assez ou pas du tout; c’était frustrant et, en lisant ton article, j’ai compris d’où cela venait.

    Il ne me reste plus qu’à retrousser mes manches, comme l’on dit , et à te remercier vivement.
    Dans un autre ordre d’idées, je suis très content d’avoir découvert sur internet, par hasard, un site qui me permet de dessiner des silhouettes d’êtres humains des deux sexes, en quelques coups de crayon.
    Evidemment, ce que je m’efforce de faire, n’a absolument RIEN à voir avec ceux d’un  » pro « , mais, peu à peu, il y a de la ressemblance, bien que je ne parvienne pas encore à les réaliser comme je le voudrais.

    Encore merci Pit

  12. brun maud dit :

    Merci, pit, pour l’article,j’ai juste une question :
    j’ai une amie qui m’a demandé un portrait sur une toile, avez-vous déjà essayer sur une toile un portrait au graphite ou pastel ?

    • Pit dit :

      Il est possible de travailler sur toile enduite avec toutes sortes de médias, comme le pastel ou le fusain même si les toiles de lin enduites de gesso ne sont pas les plus adaptées pour ça: mieux vaut un papier pastel, bien plus facile à travailler avec les techniques sèches.
      Certains peintres se servent du pastel gras, pour leurs esquisses de base avant de peindre, mais il est conseillé d’appliquer au moins deux couches de fixatifs spécial acrylique pour pouvoir retravailler par dessus à la peinture (à noter: on peut travailler l’huile par dessus l’acrylique, mais jamais l’inverse).
      Peut-être que le plus adapté pour toi serait de travailler sur papier d’abord, et coller proprement ton oeuvre sur un tableau. Cela dit, je te conseille un bon grammage et une colle pas trop invasive pour ne pas trop imprégner le papier.
      [EDIT] Apparemment avec du pastel à l’huile tu peux travailler sans problème sur toile, je viens de vérifier, n’étant pas un spécialiste sur le sujet ^^

  13. Bonnemine dit :

    Formidable. Novice dans le dessin et hospitalisée, je reprends pas a pas tes directives et le résultat est plutôt… Humain. Merci tu me fais passer le temps agréablement loin de chez moi. A bientôt. Bonnemine

  14. clm dit :

    slt pit merci pour le tuto qui est tres clair mais pourrais tu faire un tuto pour le fusain j’en ai achete mais je ne sais pas l’utilise du moins je fais rien de bon avec trop sombre et je ne sais pas bien utilise l’estompe

  15. Bonjour a tous !! nouvelle inscrite sur le blog, petite amateur en dessin et un peu d’aquarelle!!
    j’ai appris seule le dessin, (portrait) avec le système du quadrillage !! aujourd’hui, j’arrive a faire un portrait, juste avec quelques petites mesures !
    j’ai déjà dessinée un portrait d’Audrey, je participais a un forum, ou quelques personnes m’ont aidées!!
    pas toujours facile, et il a fallu que je travaille pour en arriver la, ou je suis !! cela fait que 4 ans que je dessine, je n’ai jamais appris en stage ou étude, et je me suis découverte un jour!!
    !!
    quand je n’arrive pas a faire un portrait hyperréaliste, je suis très déçue !! mon but et de progresser dans le portrait mais j’aimerai aussi arriver a faire du paysage, la ou je suis beaucoup moins douée!! pas trop de connaissance en la perspective !! juste un peu !!! la base !! et j’aimerai m’améliorer !! je viendrai sur le blog souvent mais sans pouvoir dessiner pour un moment, car je me fait opérer de ma main droite (pfff), et j’en ai pour un moment !!!!!
    merci pour votre aide et votre soutient pour le dessin !!
    je posterai la ou il faut mes dessins !!! pour que vous vous rendiez compte de ce que je fais !!
    a bientôt de vous lire !!! et de voir vos réalisations!!
    amicalement! martine

  16. Tomasi Michèle dit :

    Bonjour Pit !

    Oh…..magnifique portrait!
    débutante n’ayant pas peur des défis, je me suis lancée ce matin dans le portrait d’une enfant.
    Le respect de vos précieux conseils a permis le dessin d’un visage me semble-t-il proportionné
    Pourquoi faire simple…..! je souhaite maintenant le peindre, je dispose d’ une palette d’aquarelle et d’acrylique ( uniquement les couleurs primaires).
    J’avais l’intention de faire un fond léger avec l’aquarelle pour ne pas masquer le dessin mais est-ce une bonne idée ?……et pour peindre le visage……….vos conseils seront les bienvenus !!!!!

    Un grand merci

    • Pit dit :

      Bonjour Michèle,
      une base acrylique bien diluée ou une base aquarelle conviennent très bien pour la base couleur si vous souhaitez peindre à l’huile.
      Cela vous permettra de toujours apercevoir vos traits tout en profitant des couleurs subtiles qu’offrent ces médias.

  17. clm dit :

    slt pit j’ai une question pour l’aquarelle tu utilise la mme methode de travail pour les ombrages ou tu as une autre technique perso je suis paume je n’arrive a aucun resultat au point que je n’ose plus finir mes dessins

    • Pit dit :

      Je suis loin d’être un spécialiste de l’aquarelle car je n’en utilise pas souvent.
      Ce que je sais, c’est que pour l’aquarelle, il faut penser à la lumière d’abord (le blanc du papier).
      Bien tendre ton papier et le fixer correctement pour ne pas qu’il gondole (donc mieux l’humidifier avec une éponge ou dans un bac peu profond avant de le tendre avec du scotch spécialisé art plastique).
      Travailler avec des valeurs clairs dans un premier temps en aplat sur toute la feuille, et laisser certaines parties blanches là où les reflets sont les plus clairs (on peut utiliser du drawing gum pour ces parties, ça peut être pas mal si on a peur de dépasser sur les zones blanches).
      Pour les valeurs moyennes, et pour que le rendu soit homogène, il est préférable de travailler humide sur humide pour bien mélanger les pigments et profiter de ces effets naturels que procurent le papier aquarelle.
      Il vaut mieux travailler les ombres en dernier, en général c’est les couches où il faut utiliser le plus de pigments. A ce moment le reste aura certainement déjà séché, donc c’est une technique humide sur sèche, où la démarcation sera forcément plus importante, mais tu peux quand même retravailler tes aplats les plus sombres avec un pinceau humide pour ne pas que les contours soient trop marqués.

      Si tu ne travailles pas sur papier aquarelle, malheureusement tu peux oublier tous les effets cités précédemment car ce n’est pas forcément conçu pour.

  18. kevin dit :

    c`est pas si difficile que ca il suffit de s`appliquer.

Laisser un commentaire